Business

One Click promet de révolutionner le commerce Electronique en Haïti

 

One Click Industries a commencé ses activités en 2014 dès le mois d’octobre, époque à laquelle ses responsables ont lancé une étude sur le commerce. Ils ont identifié des goulots d’étranglement dans les activités commerciales, notamment dans les transactions financières. De là, ils accouchent de trois idées, trois projets : la première est une application mobile commerciale qui permet d’acheter, de payer sa facture à distance de manière mobile. Ils l’ont développée à partir de huit catégories avec maintenant 26 institutions commerciales. Le P.D.G. de One Click industries, à ne pas confondre avec l’application du même nom que cette entreprise a créée, promet à maintes circonstances que cette entreprise va révolutionner les activités commerciales en Haïti.

Passer des heures et des heures à faire la queue dans une banque et aller faire ses courses sont perçus comme une perte de temps. À ce niveau, One Click Industries propose des solutions. En effet, après maints efforts, One Click Industries a conclu, au mois d’octobre 2016, un partenariat avec la Natcom pour permettre aux utilisateurs de téléphone de cette compagnie de faire des transactions via leurs crédits disponibles sur leur compte. « Nous avons conclu un contrat de cinq ans avec la Natcom », fait savoir le P.D.G. de One Click industries. Le Nouvelliste a appris que le système était en phase d’intégration, les tests techniques ont déjà eu lieu, les serveurs déjà installés, l’application mobile One click 2.0 (deuxième version) sera intégrée avec le système de paiement de la compagnie téléphonique. Bientôt, One click va faciliter les transactions sans avoir besoin de cartes bancaires.

Cela ne suffit pas, l’entreprise que dirige Fédrique Pierre travaille dans le développement d’une nouvelle plateforme pour de simples utilisateurs de téléphones rudimentaires pas forcément intelligents (avec des codes USSD) afin d’effectuer des achats avec des codes de trois ou quatre chiffres sans même avoir une application que nécessite un smartphone. « Après la première version, une année d’utilisation continue, nous sommes maintenant en mesure de révolutionner le commerce, les moyens de paiement en Haïti », a fièrement déclaré Fédrique Pierre.

Des solutions sur mesure pour entreprise

One Click Industries S.A. est une entreprise qui offre divers niveaux de solutions technologiques, développement d’application, développement Web, cybersécurité. La large variété de services disponibles pour la communauté économique industrielle. Nous sommes très ouverts à des solutions taillées sur mesure à l’intention des entreprises dans tous les secteurs d’activité. Il s’agit de se mettre au pas avec la technologie. Le pays a déjà raté les révolutions agricole et industrielle des siècles passés, nous sommes passés à côté de la révolution économique et financière.

La première version de One Click a permis de payer les factures de magasins, des prêts à porter, les services de téléphonie, la Direction nationale d’eau potable et d’assainissement (Dinepa), des services de location de voitures, de livraison de fournitures de bureau, de paiement d’écolage. « Nous ne sommes pas limités uniquement à ces catégories, nous pouvons atteindre une plus vaste gamme, mais nous attendons avec impatience que les consommateurs, la communauté économique s’approprient de cette application », indique Fédrique Pierre, soulignant que les services logistiques offerts dans la livraison rendent le commerce encore plus facile.

« Après une première année d’expérience, l’accueil a été plutôt favorable. Près 6 400 téléchargements à partir du téléphone ont déjà été effectués, 91% de ces gens vivent en Haïti, 210 utilisateurs font usage régulièrement de cette application », confie le responsable de One Click Industries. Tout n’est cependant pas rose. Les dirigeants identifient certaines limites dans l’utilisation de l’application. Elle exige les services de l’Internet et d’un téléphone intelligent, cela nécessite aussi l’utilisation des cartes bancaires pour les transactions. En Haïti, une très faible partie de la population est bancarisée. Un très grand nombre de personnes ne dispose pas de comptes en banque, n’en parlons pas de carte bancaire.

Sur les téléchargements déjà effectués, tous ne sont pas forcément en mesure de se servir de cet outil technologique. « Il nous a fallu trois ans de recherche pour cibler les utilisateurs potentiels et trouver une solution faible pour pallier le problème. » One Click veut raccourcir le délai des transactions en créant des pistes pour la gouvernance électronique comme celle qui facilite la Direction Générale des Impôts (DGI) dans la collecte de ses taxes. « Des services fiscaux seront directement liés à la technologie. De nos jours, il est impossible de se servir uniquement du téléphone pour passer des appels, recevoir ou envoyer des SMS ou le WhatsApp. Le téléphone est avant tout un outil technologique qui facilite la vie », s’exclame M. Pierre, pour qui cet outil peut être intégré dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de l’économie, du fisc. Il faut l’utiliser de manière optimale jusque dans l’éducation à distance.

Après avoir mis son expertise au service de plusieurs institutions publiques comme le Fonds d’assistance économique et social (FAES), le ministère des Haïtiens vivant à l’étranger, Fédrique Pierre estime qu’Haïti a de très grands potentiels et de grandes valeurs dans le domaine technologique. Son entreprise a pu recruter, en 2016, trois jeunes ingénieurs à la Faculté des sciences de l’Université d’Etat d’Haïti qui permettent d’avancer dans la recherche liée au développement de l’entreprise. « Les résultats sont satisfaisants. En même temps, One Click Industries dispose d’une équipe multinationale, des partenaires à Sri Lanka, en Inde et aux États-Unis, un directeur de technologie américain, Sean Spears », informe le chef d’entreprise.

La dure réalité d'un start-up

« Il est difficile de lancer une start-up en Haïti et de se procurer les capitaux nécessaires à son développement, mais nous avons pris sur nos épaules ce défi de jeunesse et continuer d’avancer avec nos associés », indique le P.D.G. de One Click qui confie que les banques sont réticentes vis-à-vis de ce genre d’entreprises fintech qu’elles perçoivent comme leurs concurrents. « Nous avons lancé les activités avec les moyens du bord. Les structures existantes depuis des décennies sont résistantes par rapport à ce type d’approche technologique, mais on ne pourra pas bloquer le progrès. La population ira finalement vers le meilleur », martèle-t-il.

Il est inacceptable que des gens vivant dans des localités éloignées des infrastructures bancaires ne puissent effectuer des transactions dans le commerce de tous les jours. « Le monde est technologique, le futur est mobile », réplique Pierre, qui ajoute: « Que l’on veuille ou non, on va devoir se rallier ». Il y a encore quelques années, il était impossible d’avoir une conversation en vidéo directement avec une personne à l’autre bout du monde via Facebook, Skype, aujourd’hui, c’est une réalité courante. Les finances doivent être mobiles, dit-il, la fiscalité aussi. Les services de l’État aux gouvernants doivent être mobiles. Une volonté manifeste a déjà été exprimée, la population s’est adaptée graduellement à la technologie. « Le commun des mortels est disposé à appliquer et à apprendre. Le commerce mobile représente 31 milliards de dollars à la surface du globe et des spécialistes du secteur prévoient même une croissance de 7% cette année ».

– Source lenouvelliste 

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top