Business

Conatel : Faut-il réguler les barbares ou « barbariser » la régulation en Haiti ?

 

On marche sur un mur en Haïti. On côtoie en permanence deux risques : celui d’une guerre des prix qui saperait la capacité d’investissement du secteur, et celui d’une concurrence insuffisante, qui se traduirait par une hausse des prix, mais également par une baisse des investissements. 

Car il ne faut pas oublier que la concurrence est un puissant moteur pour l’investissement. Et c’est pour cela qu’il est nécessaire d’orienter la régulation vers plus d’investissement, ce qui est l’un des axes forts. 

C'est maintenant qu'il faut agir pour choisir notre futur. Avec l'internet des objets, le rythme de collecte des données va exploser et l'ère du " big data " laisser place à celle du " full data ". C'est cette masse informationnelle qui fera la différence dans la course à l'intelligence artificielle. Nous sommes à l'aube d'un monde nouveau. Au-delà du choix binaire entre un protectionnisme passéiste et un enthousiasme technologique naïf, ranimons une autre voie : celle de l'ouverture et du pluralisme, qui sont les meilleures garanties pour tracer le bon chemin dans ce pays toujours en retard .

Les infrastructures du XXème siècle – réseaux de transport, d'énergie et de communication – ont connu, rappelons-le, des régimes de régulation variés et évolutifs. Initiative purement privée, monopole public, ouverture à la concurrence régulée ; à chaque époque, c'est une alchimie à trouver pour prendre le meilleur des deux mondes : l'agilité et l'initiative du privé, le long terme et la solidarité du public. C'est cette alchimie que nous devons aujourd'hui penser pour le numérique.

Il ne s'agit pas de calquer ce qui a déjà été fait. La réponse doit être adaptée aux spécificités de l'ère informationnelle et des plateformes numériques en Haiti. Il faut tenir compte de la rapidité d'innovation, des limites de nos capacités d'anticipation, de la dimension internationale. Utiliser intelligemment les forces du numérique, en donnant in fine le pouvoir aux utilisateurs et en jouant sur les effets de réputation avec des outils de régulation " par la data ". Et toujours garder à l'esprit que la régulation n'est légitime que si elle libère les initiatives, pas si elle bride l'innovation – y compris celle des acteurs en place. Au fond, il s'agit d'identifier la plus petite intervention extérieure, la " pichenette " qui permette au système de s'auto-discipliner.

La régulation est un sport de combat, car toutes les forces économiques plaident pour moins de concurrence et moins de vigilance de l’Etat. Le boulot, du Conseil National des Télécommunications (CONATEL) … c’est d’empêcher la prise en main du secteur par des intérêts particuliers, d’éviter que quelques-uns puissent décider pour tous, comme au temps du monopole actuel. 

On est passé en quelques années d’un monde de communications rares, chères et centralisées, à un monde de l’hyper-connectivité et de l’abondance, autour d’un réseau décentralisé, Internet. Oui, notre mission évolue. 

Aujourd’hui, le sujet brûlant est la dépendance de la société et de l’économie aux réseaux numériques. Nous sommes désormais aussi le gardien de principes destinés à assurer la capacité d’échange de nos concitoyens : accès aux réseaux, augmentation de la bande passante, garantie que les échanges soient libres et non-bridés, etc. 

A la vitesse à laquelle émergent les nouvelles technologies, comment être sûr que la régulation du Conseil National des Télécommunications (CONATEL) … est pertinente ? 

 

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top