Business

Haiti: Le paiement mobile, ça marche et on peut faire beaucoup mieux

 

Les paiements mobiles et les banques de réseau en Haïti ont décollé après le tremblement de terre de 2010, sous l’impulsion d’acteurs internationaux, pour transférer des fonds destinés aux efforts de reconstruction. Aujourd’hui pourtant sur un million d’inscrits auprès de quatre fournisseurs de services, seuls 100 à 200 000 font des transactions régulières.

Ce mode de paiement faciliterait l’accès financier, en particulier dans les zones rurales où les banques sont rares. Ne pas se rendre à la banque ou ne pas transporter de liquide augmenterait la sécurité des utilisateurs et la rapidité des transactions. Encourager les utilisateurs est possible en augmentant : les agents disponibles à travers le pays, les plafonds, trop bas pour permettre le transfert de la plupart des salaires, et le nombre d’entreprises et de commerces acceptant ce type de paiement.

TchoTcho Mobile a été identifié dans le rapport. Il a été lancé en 2010. C’est un portemonnaie électronique géré conjointement par la Scotiabank et la Digicel. Il permet d’effectuer des dépôts, des retraits, des enregistrements et des paiements auprès d’agents et de commerçants agréés. Selon la BM, il s’agit du plus grand fournisseur de services de paiements mobiles en Haïti, surtout suite à l’acquisition de son principal concurrent, T-Cash (Voilà), en 2012.

La BM estime que TchoTcho Mobile compte actuellement 800 000 clients desservis par quelque 600 agents. Cependant, informe le rapport, le nombre de clients actifs aujourd’hui, c’est-à-dire les clients qui ont effectué une transaction dans les 30 derniers jours, atteint seulement 50 000. Ce qui veut dire qu’il y a une diminution au niveau de la demande de ce service aujourd’hui. Mais il n’y a pas que TchoTcho Mobile…

Lajancash, lancé en 2013, soit trois ans après le lancement de TchoTcho Mobile, est une coentreprise créée par la Banque nationale de crédit (BNC) et HaitiPay. Contrairement à TchoTcho Mobile, a fait savoir la BM, il s’agit d’un porte-monnaie électronique indépendant du réseau et qui est accessible à quiconque ayant un téléphone mobile.

« Les nouveaux clients n’ont pas besoin d’avoir un compte à la BNC pour ouvrir un compte. Lajancash s’appuie sur une technologie NSDT (Near Sound Data Transfert) innovante qui authentifie les clients via un son crypté émis par un appel sur le téléphone de celui-ci au moment de la transaction », avise-t-elle, informant que Lajancash recense actuellement 25 000 utilisateurs dont seulement 3 000 sont actifs et près de 275 agents administrant ces clients. « D’ici 3 à 5 ans, l’entreprise espère compter entre 60 000 et 75 000 utilisateurs actifs », souligne-t-elle.

Rapport Banque Mondiale 

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top