Business

Intervention magistrale du Président du Sénat Youri Latortue à la 2ème Edition de Haïti Numérique 2030

 


Mesdames,
Messieurs,

Je voudrais d’abord remercier les organisateurs de « Haïti Numérique 2030, 2ème Edition  », une initiative ô combien branchée, c’est le moins qu’on puisse dire à propos du numérique, pour m’avoir associé à cet événement majeur tant par son audace dans un pays comme le notre que par les changements positifs qu’elle augure.

Le thème retenu pour cet évènement cette année est « Tous Unis pour la Révolution Numérique ». Il faut reconnaitre que ce thème s’avère aussi bien utopique que révélateur de l’espoir d’une jeunesse haïtienne, elle aussi, en quête d’un mieux-être.

Et je suis heureux de constater, à travers cette initiative post-moderne dans un pays en attente des retombées de la modernité, que ce groupe de jeunes haïtiens, sans doute comme d’autres s’activant dans d’autres domaines scientifiques et technologiques, ne se croisent pas les bras et attendent passivement qu’on leur fasse des dons ou des cadeaux.

La  « Révolution Numérique » ne peut se faire en Haïti sans une véritable réforme du secteur numérique, à commencer par la superstructure, à savoir les lois règlementant les interactions virtuelles facilites par les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), pour aboutir à un Etat de droit axé sur le Numérique.

Pour pouvoir réaliser ce rêve de « révolution numérique », le Parlement, en accord avec le pouvoir exécutif et d’autres secteurs concernés, se propose de faire bouger les lignes. Car cette révolution exige un travail collectif de la part des acteurs politiques de notre République.

C’est Bernard Honorat Gousse, Professeur de droit et ancien ministre de la justice qui a élaboré dans son livre: «La révolution numérique du Droit haïtien», livre dans lequel il y a des axes qui sont définis sur l’e-gouvernance, la cybercriminalité, et un luxe de propositions sur la réforme du droit haïtien dans ledit domaine. Nous devons prendre en considération le constat et les propositions du Docteur Gousse, dans la mesure où le droit haïtien est quasiment stérile sur le numérique.

Dans cette perspective, L’organisation Haitian Caribean Information and Technology(HACARABTECH) pourrait de façon consensuelle avec les acteurs politiques travailler sur la réforme numérique, notamment dans le champ de la législation numérique, et ensuite travailler ardument sur la révolution numérique, dans le champ des infrastructures numériques. Car, à mon avis, la « Révolution Numérique » ne renvoie pas exclusivement aux infrastructures technologiques, mais aussi aux lois devant l’encadrer.

C’est dire que le numérique, l’internet, cette vaste société virtuelle que d’autres anthropologues et ou sociologues appellent, à juste titre, « une civilisation d’un autre genre » ou un autre monde, interpelle une réforme profonde venant de notre corps législatif que j’ai l’honneur de diriger depuis le début de 2017.

Sous mon leadership, il y a une dynamique de construction législative qui se fait progressivement avec la collaboration des collègues Sénateurs. Par exemple, la Loi sur la signature électronique adoptant le droit de la preuve aux technologies de l‘information et élargissant les compétences du Conseil National des télécommunications (CONATEL) transmise à l’Exécutif depuis le mois de février 2017 et ainsi quecelle sur les échanges électroniques en général.

C’est vraiment un pas important, chez nous, pour la communication privée, le commerce, le transport, l’E-gouvernance, le Vote, la publicisation des revendications sociales des classes sociales marginalisées, etc.

Dans cette civilisation numérique qui domine le monde, la révolution numérique sous-tend la démocratisation et l’accès à l’information de toutes les couches, groupes sociaux, passant par les sections communales, les communes, les quartiers, les arrondissements pour pouvoir mettre nos jeunes populations, soit 65%  de moins de quinze ans d’âge pour une adaptation utile au monde.

Les chercheurs ont démontré que le smartphone est devenu de plus en plus indispensable. Ce petit instrument qui reste au coin du lit, sur le bureau, en temps réel, dans le véhicule contenant des multiples fonctionnalités  capables d’être utiles pour nos besoins personnels et professionnels. Selon certains chercheurs, on interagit 85 fois par jour avec le smartphone au moment du réveil jusqu’au bout du sommeil et même au milieu de la nuit. Encore, selon les recherches, 91% d’utilisateurs n’osent laisser leurs smartphones chez eux. Ces appareils révolutionnaires donnant accès aux amis, aux membres de familles, collègues, compagnies, les achats, les détaillants, les grossistes, les clips vidéo et audio, le monde est interconnecté dans la paume de la main et ils ne se détachent pas, encore de la paume de la main.

Cette « Révolution Numérique » doit se faire dans l’objectif de permettre à tous les Haïtiens, oui tous les Haïtiens, ici et ailleurs, d’accéder aux réseaux et aux services numériques. Ce sera non seulement utile à leurs affaires personnelles, mais également aux affaires de la Nation. Espérons aussi qu’elle permettra d’influencer pour rénover la gouvernance et surtout l’écosystème de l’économie numérique, selon les objectifs d’Haïti Numérique 2030.

Le Sénat, par mon organe, encourage, cette « Révolution Numérique », dès sa phase embryonnaire, en mettant les infrastructures pour le Web 2.0, l’Université 2.0,  le Gouvernement 2.0, le renforcement des institutions étatiques 2.0, ce  qui permettra que l’Internet, les Technologies soit au service de tous et de chacun.

Je vous remercie.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top