Business

Pourquuoi il ne faut pas manquer la revolution numerique en Haiti ?

 

 

Du point de vue des grandeurs scientifiques fondamentales, le monde est à l’arrêt. En mathématiques ; après les fonctions dérivées, intégrales, imaginaires, les savants ont été jusqu’à chercher les imaginaires et les résonnements à l’absurde. Aujourd’hui nous ne savons plus évoluer. Quelques pistes : l’université de GZ, s’intéresse aux mathématiques spirituelles. En chimie ; le tableau de Mendeleïev est arrivé à saturation, toutes les cases sont pleines.

En Informatique ; Il n’y a pas longtemps, nous avons frôlé la catastrophe avec l’arrivée de W8 de Microsoft, le processeur Pentium ne pouvait pas le porter, heureusement que des ingénieurs d’Intel et d’IBM ont pu superposer 3 transistors pour multiplier la puissance du Pentium d’où l’apparition de la ligne des processeurs I3, I5 et I7. Nous sommes à nouveau bloqués. La logique 1 et 0 est saturée, on s’oriente vers la physique quantique pour la programmation des nouveaux ordinateurs (beaucoup de problèmes), le premier ordinateur quantique à couter plus 40M$ et chauffe à 270°C.

Le monde est dans la même situation qu’à la fin du 19ème siècle : endettement, chômage, travail à la tâche, précarité sociale et couverture très limitée face aux risques. Le numérique va modifier notre façon de vivre et de travailler mais accroîtra nos capacités d’adaptation au changement, de mobilisation et de reconfiguration rapide. Nous entrons dans une société de la transparence, la protection de nos données va devenir plus que stratégique.

Avec le Smart Big Data, les hiérarchies intermédiaires vont disparaitre, le travail à distance va se développer et le patron sera celui qui détient la propriété du logiciel et des brevets. Tous les métiers, tous les produits sont appelés à se transformer grâce au numérique. Le but est d’inventer de nouvelles sources de création de valeur ajoutée. Les moyens financiers sont secondaires.

La 3ème révolution numérique en marche

En médecine, nous allons sortir de l'ère de la réparation pour rentrer dans l'ère de l’augmentation et l'amélioration. Nous entrons de plain pied dans la 3ème révolution numérique. L'homme qui va vivre 150 ans est déjà né. Les scientifiques du transhumanisme travaillent sur l'homme qui va vivre 250 ans. Le transhumanisme, c'est la convergence des 4 technologies fondamentales : NBIC, les Nanotechnologies- les Biotechnologies, l'Informatique (big Data, l'Internet des objets et le Cognitivisme (IA et robotique)

Haiti peut devenir le Hub de la caraibe.

1- La Culture  :

Haïti se caractérise par une grande richesse culturelle : la créativité de ses artistes, son patrimoine et la diversité de ses expressions culturelles. Cette culture joue un rôle central dans la vie des haïtiens. On l’a vu dès le lendemain du séisme où des tableaux et objets d’artisanat étaient mis en vente dans les rues encombrées par les ruines. La dimension culturelle joue également un rôle important de mémoire, elle constitue un ciment fondamental de la cohésion sociale du pays, comme à travers le Carnaval, véritable moment de joie, de musique, de danse, de fête, de costumes et de maques fantastiques, faisant la part belle à un artisanat riche et coloré. Le secteur culturel, notamment l’artisanat, le livre, la musique, occupe aussi une place centrale dans le développement économique du pays (les artisans représentent 10% de la population active [environ 400,000 personnes]. Haïti dispose également de sites importants du patrimoine culturel et naturel. Le Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers, reconnu comme site du Patrimoine mondial (1982), est le premier à avoir été bâti par des esclaves noirs ayant conquis leur liberté, et le centre historique de Jacmel a été placée sur la Liste indicative (2004) indiquant l’intérêt du gouvernement à proposer le site pour être inscrit au list du Patrimoine mondial de l’UNESCO.«Notre culture est notre force»

2-La Jeunesse :  fers de lance de la révolution numérique

L’absence de politique réelle d’encadrement de la jeunesse. Cette dernière n’a jamais été une priorité pour nos gouvernements, voire l’abc de leur agenda politique. Or, c’est une question importante qui devrait faire l’objet d’une attention soutenue de la part de nos dirigeants (immédiats). On dira certainement qu’il y a un ministère de la jeunesse mais y existe-t-il un cahier où sont mentionnées les doléances et la prise en charge des jeunes ? Que sait-on d’eux ? Y sont-ils vraiment représentés ? Sont-ils uniquement doués pour être des agents d’un soi-disant service d’« Action civique » avec drapeau en main pour assurer la circulation piétonne à travers les rues en échange d’une pitance à la fin du mois ? Il est difficile de se mettre à penser que l’État aurait pu réduire « l’avenir du pays à cet état de rien du tout ».

3- Les Ressources humaines :

Il est important que la fierté haïtienne se traduise dans les discours et les actions. Il y a toute une jeunesse, une génération qui a besoin de repères et de racines. Tous les membres de la diaspora ne pourront poser des gestes ostentatoires, mais chacun à sa manière doit changer le discours et les façons de faire. Nous avons vu ce changement dans le discours prendre son envol lorsque des auteurs comme Dany Lafferrière au Canada ou Edwidge Danticat aux États-Unis ont pris la parole pour mettre Haïti sous une lumière plus favorable. Des représentants gouvernementaux tel que Patrice Gaspard, conseiller du président Barack Obama, ou Michaëlle Jean, la Gouverneure générale du Canada, inspirent tous les membres de la diaspora et incarnent des modèles positifs vivants à la hauteur du legs des fondateurs haïtiens.

C’est le moment pour la diaspora et les Haïtiens de se libérer collectivement d’une certaine mentalité qui les maintient captifs d’une logique d’échec. Un proverbe dit que lorsqu’il n’y a plus de vision d’avenir, un peuple vit dans le désordre. Quelle sera notre vision? C’est aux Haïtiens et à la diaspora haïtienne d’en décider.

Evoluant depuis une trentaine d'années dans la diaspora haïtienne, le professeur Esaü Jean-Baptiste précise que la semaine de la diaspora est une initiative très louable. Mais il faut une intégration plus concrète de la diaspora dans les affaires politiques, économiques et sociales du pays. « J’ai fait mes études secondaires et universitaires gratuitement en Haïti. Je garde encore de très bons souvenirs et de fortes attaches en Haïti. Pour un pays dont plus de 80% de ses ressources humaines sont à l’extérieur, donc je serai content si je pouvais être utile à mon pays, indique-t-il. Haïti doit cesser de voir les Haïtiens de la diaspora comme une vache à lait. Il y a de très bon cadres qui vivent à l’extérieur. Nombreux sont ceux qui veulent retourner pour contribuer à la reconstruction du pays. Ayisyen aletranje yo pa dwe konsidere yo kom etranje pou Ayiti !» 

Il faut mettre en valeur tous ces facteurs et diversifier davantage l’économie en modernisant  l’industrie et l’agriculture et en développant les services. La diversification, c’est le principal challenge qui offre d’immenses possibilités d’affaires pour des partenariats « gagnant-gagnant », dans l’industrie et dans tous les secteurs de l’économie nationale.

Ce qui reste à développer, ce sont les capacités productives, réaliser un niveau suffisant d’intégration et de diversification de l’économie, reconstruire une industrie nationale forte, compétitive, intégrée à l’économie mondiale et orientée aussi vers l’exportation.

L’infrastructure numérique est devenue ni plus ni moins qu’un bien essentiel:Le numérique est une chance pour Haiti. Le défi à relever est de créer les conditions les plus favorables à son développement : infrastructures compétitives, aménagement équilibré au sein du territoire, équipements partagés pour le développement de services, opportunités de marché pour la filière numérique, formations adaptées, financement des projets privés et des jeunes pousses….

Toutefois, je suis confiant que les nouvelles générations qui montent,ces Haïtiens qui reviennent dans leur pays, nous permettront d'avancer, peut-être lentement, mais sûrement. En tout cas, j'apporte ma contribution et je serai satisfait si j'arrive à introduire quelques innovations plus tôt que tard dixit S.Bruno . 

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top