Technology

Josué Pierre Louis essaye de moderniser l’état sans une politique publique et une intégration réfléchie des TIC

 

Le secteur public connaît, ces dernières années, une profonde et sérieuse remise en question. Nombreux sont ainsi les états où une politique générale de modernisation de la fonction publique est, ou va être, instaurée. Au centre des préoccupations, le citoyen y bénéficie d’une place de choix : il fait l’objet de nombreuses attentions et peut donc désormais s’attendre à davantage d’égards. Qualité du service et satisfaction de la population deviennent en effet des concepts clés de la fonction publique. Pour atteindre ces objectifs, c’est toute la conception des relations qu’entretiennent citoyen et secteur public qui est revue.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) présentent, dans ce cadre, de nombreux atouts. L’interface citoyen – secteur public s’en trouve modernisé avec, comme objectif avoué, une proximité accrue avec la population pour une plus grande satisfaction de celle-ci. Si ce recours aux TIC offre d’indéniables opportunités – tant en termes d’innovation de services que dans la manière dont ceux-ci sont prestés –, il n’en soulève pas moins certaines questions, l’accès aux services étant, pour le citoyen, complètement revu.

Selon le président de la firme Constations et résultats, Yves Lafortune, la parole universitaire au plus haut niveau de l’Etat. « L’administration publique est en proie à des difficultés de toutes sortes », a laissé entendre M. Lafortune, soulignant que les inquiétudes suscitées par cette administration ne sont pas encore prêtes à disparaitre. « Il faut une administration publique compétente, qui tend à s’élever à la hauteur de la situation », a proposé Yves Lafortune, qui a fait une présentation sur une administration publique efficace et efficiente.

Avant le tremblement de terre, après le tremblement de terre, tout un ensemble de documents ont été élaborés par l’international pour Haïti. Le document de stratégie nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSNCRP) entre 2007 et 2010, le plan de reconstruction d’Haïti, par la suite avec des conférences à New York, à Saint-Domingue et ailleurs ont vu tous les experts du monde au chevet d’Haïti, et nous en connaissons les résultats.

La réforme de l’Administration publique et la mise à contribution des expertises nationales, sans vouloir négliger l’apport en consultation de l’expertise externe quand c’est indispensable, nous libèrera de cette emprise donnant l’impression que l’État haïtien, ses cadres et ses dirigeants ont perdu la capacité de penser et de réfléchir pour produire des stratégies endogènes de développement et de croissance pour sortir le pays d’un long cycle d’improvisations stériles.

L’Administration publique est tellement inefficace et «dysfonctionnelle» aujourd’hui que si l’on décidait de fermer un ensemble de ministères et autres services publics, la vie en Haïti ne s’en porterait pas plus mal.

Et n’y a-t-il pas lieu de faire un état des lieux, un bilan pour prendre des décisions courageuses, voire révolutionnaires? De combien de ministères efficaces et bien dotés avons-nous besoin aujourd’hui pour rendre Haïti opérationnelle et compétitive?

En concluant, nous renvoyons une fois de plus aux origines de l’État haïtien issu d’une révolution pour inviter à aller le plus loin possible dans cette réforme pour produire un pays tout neuf, un pays renaissant.

 

VIVE HAITI ! VIVE LE NUMERIQUE !

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top