Business

UNIBANK : La sécurité en ligne reste une priorité absolue pour les banques Haïtienne

 

Depuis la diffusion  sur la toile de nouveaux services et outils internet destinés à une population mondiale favorable à leur utilisation ainsi que la globalisation des réseaux, les infractions pénales sur internet se sont rapidement accrues.  L’époque où les jeunes passionnés de l’informatique tentaient désespérément de s’infiltrer via l’internet dans les serveurs vulnérables est bien loin. Aujourd’hui, la cybercriminalité est devenue un métier à part entière.

Par définition, la cybercriminalité est l’ensemble des infractions pénales réalisées via les réseaux informatiques, en particulier sur le réseau internet. Elle est constituée à la fois par des atteintes aux biens telles que la fraude sur les cartes bancaires, le piratage d’ordinateurs, etc. et les atteintes aux personnes comme la diffusion de contenus illicites, constituant une atteinte à la vie privée.

La cybercriminalité coûte désormais 600 milliards de dollars par an à travers le monde, un chiffre en augmentation en raison de la compétence grandissante des pirates et l'essor des cryptomonnaies

L’univers technologique est sous tendu par deux sentiments contrastés: technophobie et technophilie. Les technophobes trouvent toujours du mal à dire des outils techniques modernes, pour plusieurs raisons qui leur sont propres. Les technophiles sont reconnus comme des mordus ancrés dans la bataille de marketing entre BlackBerry, IPhone, Androïde, Windows. C’est en fait, des choix effectués suite à la guerre des publicités. C’est la course marketing à l’enseigne de « pam pi bon ». 

Entre les deux groupes, technophobes ou technophiles, chacun veut avoir raison. Il faut avoir la sagesse de couper la poire en deux. Entre écrire une lettre (avec un Bic) à la plume ou envoyer un texto à l’aide d’un Smartphone agrémenté de photos ou fleurs virtuelles, le gentilhomme attaché aux anciennes traditions dira qu’il mettra du parfum sur le papier et une rose incluse dans l’enveloppe. 

L’autre dira un « je t’aime rapide sur l’écran » fait perdre moins de temps. Entre les deux groupes, disons mieux : rien ne remplace une poignée de mains et un regard charmeur ou suspect. Le charme des deux groupes est là, mais seul l’esprit de discernement pourra trancher et permettre de vivre librement. 

Au cœur du monde technologique évoluant à une vitesse folle, y’a un peu de tous les types : séducteur, charmeur, fraudeur, voleur, arnaqueur, escroc. Il n’y peut être plus aujourd’hui de confins du monde. Mais l’utilisation quasi compulsive des gadgets de communication peut déboucher sur des comportements anti sociaux. A table, le smartphone tend à devenir un complément du couvert. 

Confirmé par notre service informatique. Soyez très vigilants par rapport à des attaques venant d’un mail ayant un lien qui vous envoie sur un  faux site de la  Unibankhaiti.com. Un pirate informatique a copié l’interface du site afin de récolter de vous :  Votre mot de passe, votre code utilisateur et votre code PIN (image-1 en pièce jointe) . Une fois en possession de ces informations cruciales, le ou les pirates seront en mesure d’accéder à votre compte sur le vrai site de unibankhaiti.com et si possible d’effectuer des transactions.
Redoublez de vigilance  en :
·         Vérifiant les informations demandées par le site 
·         Vérifiant l’adresse URL du site
o   1.- l’adresse doit être sécurisée
o   2.- et même en montrant l’icône du cadenas (site sécurisé) il faut que l’adresse soit valide
Rappelez-vous qu’aucun site ne vous demandera vos identifiants par email et spécialement la Unibank ne demande pas votre code pin par email ou lors de votre authentification)
 

 

Pour les analystes de Knowds, le vrai problème des exorcistes de la cybercriminalité en Haiti reste l’absence d’un cadre juridique. Pendant que les États tentent de cerner le mal avec les moyens dont ils disposent, « la communauté internationale » exige que la lutte contre le fléau s’opère dans le respect des droits humains.

le Groupe de Travail sur la Cyber Sécurité et la Cybercriminalité (GTCSC)  a été créé par délégation du MTPTC et par voie de circulaire interne du  Conatel en date du 22 juillet 2015. Ce groupe de travail a pour mission d’oeuvrer sur la mise en oeuvre d’une stratégie nationale de cyber sécurité.Mais tout se passe après minuit , il n'y a encore rien de nouveau sur le soleil.

Pour  Reynold Guerrier : dans les pays organisés c'est le travail d'un CSIRT : Computer Security Incident and Risk Team. Voulant suppléer à l'absence d'une telle structure que Max Larson Henry l'actuel President de l'AHTIC et moi avions essayé de lancer l'année dernière avec le support de la LACNIC et de l'OEA. Seule la BRH était partie prenante. Les autres banques se sont fait représenter par des techniciens alors que c'était un colloque pour décideurs. Mais surtout ne vous méprennez pas, les gens de l'Observatoire ont fait un bon travail au niveau de la détection de l'incident(testé et documenté). C'est dans la communication qu'ils ont un peu péché.

 Toutefois, « Nous ne devons pas rester à la traîne et nous contenter d'atteindre la simple capacité de survie face à une agression cybernétique. Pour prévenir, nous devons connaître. Des investissements sont donc nécessaires, ainsi que le travail de nous tous, dans tous les domaines. Il faut attirer l'attention de la politique, mais aussi de l'opinion publique, non pas seulement des experts », poursuit Blaise Arbouet.


 

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top