Home Technology A quand un meilleur service en Haiti ? Digicel nous met une sébile...

A quand un meilleur service en Haiti ? Digicel nous met une sébile à la main pour quémander des minutes 

Les consommateurs du monde entier assistent à un changement rapide, par l’accentuation de la numérisation et de la mondialisation des marchés et l’apparition de nouvelles façons de communiquer, échanger, faire des opérations bancaires, acheter, s’informer et échanger avec les autres, ce qui accroît les choix, les occasions, la commodité et fait baisser les prix.

En effet, malgré l’arrivée en masse de produits et de services, certains aspects de l’économie numérique manquent encore de fiabilité. Ces questions doivent être réglées pour permettre la poursuite de la croissance de l’intégration de la technologie. Établir la confiance passe par un renforcement significatif de la participation des gens. Le rôle du consommateur, cantonné traditionnellement à la demande, s’est enrichi dans l’économie numérique et son engagement a modelé et orienté Internet depuis ses débuts [citation ?], par ses actes d’achat mais également par l’échange d’informations, la création de contenus, ses commentaires, ses classements, ses recommandations et l’échange d’idées.

Aujourd’hui, les consommateurs ne se contentent pas de commenter et de critiquer, ils utilisent également les plates-formes pour
la prestation de services par des réseaux ou des plates-formes de poste à poste (peer to peer).

Une page Facebook « Coup de gueule contre la Digicel » a été créée sur laquelle un slogan de la compagnie a été déformé pour se lire ainsi : « De loin, le pire réseau »« Digicel nous met une sébile à la main pour quémander des minutes », écrit Carolan pour dénoncer ses crédits qui s’épuisent sans justification. Chaque jour, Yasmine perd 7,50 gourdes sur son téléphone pour une offre d’assurance qu’elle a demandé de résilier depuis environ six mois. « Le service à la clientèle chez Natcom n’est guère sympa, dénonce pour sa part Lexis. Dans leurs bureaux, on nous reçoit vraiment mal. J’utilise les deux réseaux, c’est triste de voir comment ils contrôlent le marché. »

Chaque jour les plaintes s’accumulent et les frustrations grandissent sans qu’elles soient considérées par les autorités. Depuis 2012, le Conseil national des télécommunications a annoncé la portabilité du numéro qui permettrait à un abonné de conserver son numéro tout en changeant de fournisseur. Cette décision stimulerait la compétition entre les opérateurs et, du coup, améliorerait la qualité du service. Le Conatel a toujours ignoré les plaintes des consommateurs. En juin 2014, Digicel a décidé unilatéralement de bloquer les applications Voice over IP (du type Skype) sur son réseau. Le Conatel a pris un mois pour réagir par une simple note rappelant l’illégalité de l’action.


Le service peut s’améliorer reconnaît Hoang Van Ngoc, PDG de Natcom, si Digicel accepte de casser les prix. « Mais si elle casse les prix, elle n’aura pas d’argent pour investir dans d’autres entreprises », fait-il remarquer. Pour diversifier ses revenus, Digicel investit dans les domaines de l’hôtellerie, la microfinance, la Lotto, l’Internet, la télévision numérique pour ne citer que ceux-là.

Il existe un seuil plafond fixé par l’autorité publique et les compagnies sont libres d’ajuster leurs prix jusqu’à ce seuil. « Le Conatel devrait fixer les prix pour apporter plus de bénéfices aux Haïtiens », souligne Hoang Van Ngoc. Par ailleurs, pour un meilleur service, il faut la stabilité politique, la sécurité et une certaine ouverture pour que les opérateurs investissent dans les équipements qu’il faut pour améliorer le système. Chaque année, Digicel rassemble des dizaines de journalistes des principaux médias dans le cadre de « La journée des médias de la Digicel ». Ces journalistes se délectent pendant une journée aux frais de la compagnie portant des vêtements estampillés du logo de la marque. Les dérives des compagnies ne sont pas rapportées par beaucoup de médias qui fonctionnent en partie grâce aux publicités de ces opérateurs. les utilisateurs, quant à eux, payent un service qui n’est pas à la hauteur.

Souorce :Challenge Magazine

Most Popular

Le virage vers la monnaie numérique des banques centrales

Selon une étude de la Banque des règlements internationaux, 80 % des banques centrales du monde étudient la possibilité de créer une...

Bustekmedia met les projecteurs sur des femmes Haïtiennes évoluant dans la technologie

Le média en ligne veut consacrer  presque tout le mois de  mars  aux femmes Haïtiennes  qui évoluent dans...

Covid-19 : Pour Henry Beaucejour La majorité des dirigeants du gouvernement Haitiens n’affichent pas la transformation digitale comme une priorité stratégique , le pays...

Le numérique est notre avenir en Haiti. Que ce soit dans le domaine de l'économie, de l'emploi ou de l'éducation, le numérique est...

Intelligence artificielle et révolution numérique : les deux atouts majeurs de l’émancipation africaine

Dans cette réflexion, Mamadou Djibo, PhD Philosophy fait  l’analyse que la Révolution numérique et l’Intelligence artificielle sont le constat que l’automatisation de la...

Recent Comments