Home Technology Bustekmedia met les projecteurs sur des femmes Haïtiennes évoluant dans la technologie

Bustekmedia met les projecteurs sur des femmes Haïtiennes évoluant dans la technologie

Le média en ligne veut consacrer  presque tout le mois de  mars  aux femmes Haïtiennes  qui évoluent dans le domaine  de  la technologie dans le pays ainsi qu’à l’étranger.

Le  jeudi  11 mars  2021  le  staff du  média  en ligne Bustekmedia -qui est spécialisé dans la technologie, le développement personnel et  l’entrepreneuriat – a  organisé  une conférence -débat autour du thème “Femme et technologie  en Haïti : défis et  opportunités”. Cette discussion baptisée “BM Conversation” a eu lieu  dans les locaux de Banj  à Delmas 66.

Pour cette conférence-débat trois grandes femmes  ont  été  au  rendez-vous pour discuter  de l’implication des femmes dans la technologie en Haïti ainsi que des difficultés auxquelles elles font face. En effet,  il s’agit de Déborah E.  TOUSSAINT, fondatrice Fem2Tech et Co-fondatrice Haïti Femme  & TIC, Marlène SAM,  Coordinatrice de programme étudiants à  l’ESIH et Johan A. BOUNOUNI, ingénieure informatique et Fonduer & Ceo Group GECA.

Prenant la  parole, devant un public composé majoritairement des jeunes, Madame Marlène Sam a fait savoir que les deux principales causes qui empêchent une fille à choisir d’étudier l’informatique  sont tout d’abord  un problème d’orientation professionnelle et ensuite il y a l’influence des parents dans leurs choix de leurs enfants.

 Pour sa part,  madame Johan A. Bounouni  ajoute qu’il y a aussi  la perception qu’on a des métiers de l’informatique  en Haïti. D’après l’ingénieur Bounouni cette perception fait croire que les métiers de l’informatique ne font pas pour les femmes. Ce qu’elle dénonce dans son intervention.

La fondatrice  de Fem2Tech, Déborah E. Toussaint,  avoue qu’elle n’a  pas  trouvé  de contraintes au sein de sa famille  quand elle avait pris la décision d’aller étudier les sciences informatiques.  Cependant,  elle confie avoir trouvé des difficultés dans son établissement au cours de ses études universitaires. “J’avais un professeur qui priorisait l’intervention des garçons que celles de filles de ma salle” rapporte madame Toussaint.

Les difficultés la suivent même dans le milieu professionnel. Au fait,  elle a dû abandonner son travail à plusieurs reprises vu des stéréotypes rencontrés à cause de son sexe.

Il y a des femmes qui font d’excellents travaux dans le domaine

Si  au départ dans le monde les femmes étaient en première ligne dans  la technologie, ces dernières années leur présence dans le domaine a complètement diminué. En Haïti, le nombre de femmes qui  évoluent dans la technologie est insignifiant. Mais, on n’a pas de chiffres car il n’y a pas encore d’étude sur ce sujet.  Toutefois, celles qui arrivent à pratiquer les métiers liés à l’informatique sont de très excellentes professionnelles, selon  les panellistes.

Johan A. Bounouni est  ingénieure  informatique. Elle dirige des entreprises qui donnent des services technologiques. Elle dit quand elle recrute des professionnels elle ne tient pas compte  de leurs sexes mais de préférence de leurs compétences.

“j’ai travaillé avec beaucoup de  femmes qui sont très compétentes. Elles ont donné de bons résultats”, témoigne Mme Bounouni qui administre le Group GECA. “Les femmes sont aussi bien compétentes que les hommes dans le secteur” a-t-elle renchéri.  

Selon Déborah E. Toussaint, il y a plusieurs débouchées pour une personne  qui étudie  l’informatique.  Elle invite les filles qui aiment ce corps de métier à l’embrasser pour pouvoir en bénéficié.

Environ un mois consacré aux femmes haïtiennes évoluant dans la technologie

L’équipe de Bustekmedia veut mettre  les femmes haïtiennes qui pratiquent tout les métiers qui ont rapport à l’informatique  au devant de la scène au cours de ce mois.  Aussi,  pour ce faire la rédaction compte publier plus d’une dizaine d’articles, selon l’éditeur en chef du média,  Shonly Bonel Laguerre.

Le staff a déjà commencé  avec le publications des textes depuis  le 8 mars, la date marquant la journée internationale des droits des femmes et des filles. “Il  y aura des portraits,  des interviews avec des femmes évoluant dans le domaine technologique. Il y aura également des articles qui racontent en quoi consiste le travail des ces femmes qui sont dans l’ombre” nous dit M.  Laguerre.

MA

Most Popular

Le gouvernement dominicain : Un demi-million de tablettes supplémentaires pour les étudiants

Mercredi 14 avril 2021 ((rezonodwes.com))–Le gouvernement dominicain a reçu mardi 537 432 tablettes électroniques pour soutenir le plan d’enseignement à distance lancé...

Le virage vers la monnaie numérique des banques centrales

Selon une étude de la Banque des règlements internationaux, 80 % des banques centrales du monde étudient la possibilité de créer une...

Bustekmedia met les projecteurs sur des femmes Haïtiennes évoluant dans la technologie

Le média en ligne veut consacrer  presque tout le mois de  mars  aux femmes Haïtiennes  qui évoluent dans...

Covid-19 : Pour Henry Beaucejour La majorité des dirigeants du gouvernement Haitiens n’affichent pas la transformation digitale comme une priorité stratégique , le pays...

Le numérique est notre avenir en Haiti. Que ce soit dans le domaine de l'économie, de l'emploi ou de l'éducation, le numérique est...

Recent Comments