Home Applications Covid-19 : Pour Henry Beaucejour La majorité des dirigeants du gouvernement Haitiens...

Covid-19 : Pour Henry Beaucejour La majorité des dirigeants du gouvernement Haitiens n’affichent pas la transformation digitale comme une priorité stratégique , le pays a raté le virage des données et du numérique une fois de plus

Le numérique est notre avenir en Haiti. Que ce soit dans le domaine de l’économie, de l’emploi ou de l’éducation, le numérique est un facteur indispensable à l’évolution, au progrès et à la pérennité de notre société Haitienne .

Au début des années 1930, le cinéma venait de se mettre à parler et les productions françaises de la Paramount enchaînaient bide sur bide. Le directeur américain voyait le public hexagonal devenu exigeant bouder dangereusement les nanars que proposait la fameuse compagnie. Il demanda alors à son ami Marcel Pagnol de composer un comité littéraire, réunissant les plus belles plumes tricolores au service de l’entreprise.

Le directeur communiqua abondamment sur l’existence de ce prestigieux comité, mais au grand dam de ses membres, ne suivit jamais une seule de ses recommandations. Il lui suffisait d’avoir un comité pour être crédible, pensait-il. De là à l’écouter, il y avait un pas qu’il ne lui vint même pas à l’idée de franchir. Quelques mois plus tard, la Paramount française était à genoux.

Cette anecdote s’applique parfaitement aux transformations numériques des entreprises d’aujourd’hui. Véritables tartes à la crème du début du XXIe siècle, ces transformations indispensables s’enlisent avec une régularité qui force l’admiration, ce qui permet aux observateurs de tirer quelques leçons.

Douze ans après la crise financière mondiale de 2008, le monde est confronté depuis le début de l’année 2020 à une autre crise, sanitaire, celle-là: le coronavirus.

Au 29 juillet, la Covid-19 a touché près de 17 millions de personnes et est responsable d’au moins 666.000 décès dans le monde. Plusieurs pays ont pris des mesures de confinement, afin de limiter la propagation de la maladie.

Conséquence : le télétravail (ou home office) s’est imposé, modifiant complètement notre façon de travailler, d’apprendre, d’acheter et d’interagir.

La Covid-19 a touché de plein fouet les marchés boursiers, a occasionné la fermeture des entreprises, des marchés, des restaurants, et paralysé nos économies, y compris celles les plus performantes.

Aussi, il faudrait s’attendre à ce que cette crise sanitaire modifie les systèmes politiques et économiques et nous impose des changements radicaux dans notre vie de tous les jours. Car, beaucoup d’entreprises ont été surprises par la pandémie et n’ont pas pu s’arrimer à la nouvelle donne en se servant, par exemple, d’internet ou plus globalement des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Cependant, dans certains pays, la technologie numérique a tout de même contribué à atténuer l’impact de la Covid-19 sur les individus, les entreprises et les gouvernements, à travers le télétravail, les achats en ligne.

Questions :

-Le développement de l’économie numérique ne va-t-il pas menacer les emplois?

-Permettra-t-elle la progression de la recherche technologique?

-Quel sera le sort réservé aux populations rurales haitiennes qui ont peu accès à internet?

– Les micro-entreprises ne sont-elles pas menacées de disparition, si elles ne s’arriment pas aux NTIC?

-Le Mobile money peut-il accélérer l’inclusion financière ?

-Quel est l’avenir de l’économie numérique après la Covid-19 en Haiti?

– Haiti est-elle prête à  adopter l’économie numérique après le coronavirus ?

La création au Ghana du premier centre de recherche en IA de Google en Afrique illustre la transformation digitale en cours sur le continent. Une mue qui s’articule autour de plusieurs pôles d’activité dont, parmi les plus dynamiques : Accra, Nairobi, Lagos, Cotonou, Casablanca.

En ouvrant en 2019 un centre de recherche sur l’intelligence artificielle à Accra, Google a conforté la capitale du Ghana dans sa volonté de s’investir dans la transformation numérique de l’Afrique. Avec Casablanca au Maroc, Nairobi au Kenya, Lagos au Nigeria et Cotonou au Bénin, Accra est l’un des pôles d’activité qui contribuent à accélérer cette transformation sur le continent..

Le développement de l’Internet, et notamment du mobile, ouvre des voies pour combler les retards qui s’expliquent en partie par un déficit d’infrastructures. Les avancées numériques sont réelles, mais le retard technologique, économique et social reste à combler. Le G7 qui s’est tenu à Biarritz en août 2019 l’a confirmé en s’engageant à « apporter un soutien fort pour réduire la fracture numérique et promouvoir la transformation numérique en Afrique ».

Au Kenya, au sud de la capitale Nairobi, Konza Technopolis est un pôle numérique de poids qui regroupe de nombreux géants du numérique : Google, Intel, IBM, Samsung, Nokia et Microsoft y ont d’ores et déjà installé leur siège. Aussi dénommé « Silicon Savannah », ce pôle installé sur 2 000 hectares de terrain pris sur la savane fait cohabiter 250 start-up, des incubateurs et des universités. Il doit une partie de sa réussite à l’explosion de la téléphonie mobile.

Quelque 30 millions de Kenyans utilisent leur smartphone pour aller sur Internet. Safaricom, l’opérateur télécom du pays, a mis en place dès 2007 le paiement par SMS, qui lui permet de générer plus d’un milliard de dollars par mois, selon le cabinet Wavestone.

La capitale du Nigeria, Lagos, abrite l’un des cinq pôles majeurs du numérique en Afrique : la Yabacon Valley. Le pays du golfe de Guinée a lui aussi ouvert ses portes aux entreprises. A commencer par les géants nord-américains Google et Facebook, le réseau social qui a ouvert un incubateur dans la « valley ». Les start-up poussent comme des champignons dans le quartier Yaba où tous les échanges sont réalisés en réseau.

Deux plateformes à succès ont donné l’impulsion au numérique à Lagos : Jumia, une société de e-commerce filiale de Rocket Internet, et Jobberman, plateforme de recherche d’emploi. Fort de son succès au Nigeria, Jobberman développe en partenariat avec Microsoft un projet régional ambitieux de recherche d’emploi au Kenya, au Ghana, au Rwanda, en Ouganda, en Tanzanie et en Ethiopie.

Nombre d’entreprises ont été frappées durement par cette crise. Le défi à venir sera donc d’allier transformation digitale et frugalité. À court terme, certains projets de transformation digitale à grande échelle ralentiront probablement, tandis que les changements de moindre envergure susceptibles d’améliorer l’efficacité et la continuité des activités s’accéléreront. En effet, beaucoup d’entreprises seront alors en mode survie.

Concernant l’aspect technique de la transformation, les entreprises devront s’ouvrir davantage au travail à distance et devront adapter leurs infrastructures pour permettre un nombre suffisant de connexions simultanées, avec la sécurité et l’évolutivité nécessaires.

Concernant l’aspect culturel, il faut garder à l’esprit qu’une culture d’entreprise change difficilement sous la contrainte. Elle s’oriente par la mise en place de pratiques désirées parce qu’elles ont du sens pour ceux qui les mettent en œuvre.

Le confinement prolongé à travers le monde devra entraîner une vague de digitalisation des entreprises. Beaucoup risquent d’être sérieusement atteintes parce qu’elles n’avaient pas l’agilité et la flexibilité nécessaire pour s’adapter aux injonctions du confinement. Les organisations qui parviendront à survivre apprendront à grand prix que les processus internes et externes doivent être compatibles avec le télétravail.

Une enquête révèle que 70% des managers en Allemagne, Autriche et Suisse pensent que le rythme de la transformation digitale va s’accélérer après la pandémie. Nous l’avons bien constaté dans nos activités quotidiennes : beaucoup d’acteurs ont su s’adapter rapidement. Côté santé, le recours à la téléconsultation s’est accéléré. Dans la grande distribution, le click and collect s’est vite répandu. Dans l’enseignement, les classes ont rapidement pris le tournant, parfois avec des outils inattendus.

Cette crise nous a fait faire un saut dans le futur, où la technologie est devenue centrale dans nos interactions quotidiennes. Elle aura peut-être eu le mérite de montrer à certaines entreprises les avantages d’une transformation digitale accélérée. Seul l’avenir nous le dira.

Toutefois cette transformation n’est pas seulement une histoire de process, de système ou de gouvernance : elle est d’abord culturelle. La condition de sa réussite semble tenir à son adoption à tous les étages de la fusée, et par chacun à son niveau. Faute de quoi, les frictions entre prés carrés et la politique interne morcelleront et anéantiront les efforts et les ressources.

Quant à la Paramount de 1930, elle dut accepter de donner les quasi pleins pouvoirs au jeune pour qu’il consente à piloter chez eux l’adaptation d’une de ses pièces. Marius triompha, sauva la Paramount et lança définitivement en France le film parlant, technologie nouvelle qui devint à la fois la norme, et un art.

La majorité des dirigeants du gouvernement haitiens n’affichent pas la transformation digitale comme une priorité stratégique .

Vive le numérique !

HN2030/HB

Most Popular

Le virage vers la monnaie numérique des banques centrales

Selon une étude de la Banque des règlements internationaux, 80 % des banques centrales du monde étudient la possibilité de créer une...

Bustekmedia met les projecteurs sur des femmes Haïtiennes évoluant dans la technologie

Le média en ligne veut consacrer  presque tout le mois de  mars  aux femmes Haïtiennes  qui évoluent dans...

Covid-19 : Pour Henry Beaucejour La majorité des dirigeants du gouvernement Haitiens n’affichent pas la transformation digitale comme une priorité stratégique , le pays...

Le numérique est notre avenir en Haiti. Que ce soit dans le domaine de l'économie, de l'emploi ou de l'éducation, le numérique est...

Intelligence artificielle et révolution numérique : les deux atouts majeurs de l’émancipation africaine

Dans cette réflexion, Mamadou Djibo, PhD Philosophy fait  l’analyse que la Révolution numérique et l’Intelligence artificielle sont le constat que l’automatisation de la...

Recent Comments