Home Entrepreneur CUNY , Graig Newmark Graduate School of Journalism rend hommage à un...

CUNY , Graig Newmark Graduate School of Journalism rend hommage à un journaliste Haitien de la trempe des géants

Qui connaît Garry Pierre-Pierre ? C’est un illustre inconnu, son nom et son travail. Et pourtant, il joue un rôle assez singulier dans l’histoire du journalisme  de la diaspora, qui mérite d’être raconté.

Il est , sans conteste, l’un des meilleurs journaliste de la diaspora Haitienne. Il est ce qu’entre nous, nous appelons “une plume”.


Garry, s’est très vite fait remarquer par son sens aigu de la réalité, la finesse de son analyse politique et sa faculté incomparable d’attirer la bienveillance de tous ceux qui le côtoient.

Homme discret, fin observateur, généreux avec les plus faibles, parfois féroce envers les grands (surtout les abuseurs de position dominante), Garry a une écriture dont peu peuvent se prévaloir. Rapidement spécialisé dans l’analyse des affaires politiques, le reportaGe mais également dans l’économie insulaire, Garry a vite grimpé dans la hiérarchie, jusqu’au poste envié du fondateur de Haitiantimes (JOURNAL NUMERIQUE).

 
Nous sommes nombreux à l’avoir côtoyé, à avoir bénéficié de ses conseils judicieux comme aussi de son amitié.

Outre son métier de journaliste, garry est aussi un entrepreneur , innovateur aus sens propre.(Bel Machann, an e-commerce website where Haitian artisans can sell their wares)

Reconnu pour ses qualités d’intervieweur hors pair, sa capacité à brasser la cage en entrevue, sa diction impeccable et sa stature droite et imposante, Garry Pierre-Pierre  incarne la crédibilité à l’heure où le public Haitien s’ouvre  sur le monde. Toujours en parfaite maîtrise, le communicateur alliait la prestance, la noblesse dans la livraison de son contenu et la pertinence de celui-ci. 

«Il a vraiment un style direct, dans le fait de parler pour être écouté, a souligné ces collaborateurs.Un bonhomme charmant,chill, d’une grande classe, très “classy”. Un prince des reporteurs! un très grand journaliste, un beau modèle, très accessible. Un vrai de vrai!» C’était un gars adorable, chaleureux, qui a toutes les qualités, un fonceur qui n’a pas froid aux yeux, et un sens de la vulgarisation remarquable.

«Un très grand journaliste, un érudit jusqu’au bout des doigts, un esprit aussi raffiné qu’ouvert sur le monde. Un modèle de droiture. Un très grand respect.

Grand reporter, ça veut dire ne pas avoir de rubrique, ne pas avoir de frontières dans sa tête. Se dire que tout est accessible aux journalistes, pas de barrières (de communicants, d’agents, comme c’est désormais beaucoup le cas pour les écrivains), pas de sujets interdits ou tabous non plus, pas d’icônes intouchables.

Garry Pierre-Pierre, fondateur et éditeur, The Haitian Times

Garry Pierre-Pierre est un journaliste et entrepreneur multimédia américano-haïtien. Il est un ancien journaliste du New York Times. Il a quitté le Times en 1999 pour lancer The Haitian Times, une publication hebdomadaire de langue anglaise basée à Brooklyn, New York, au service de la diaspora haïtienne. En 2012, The Haitian Times s’est transformé en une publication en ligne seulement.

Pierre-Pierre a commencé sa carrière de journaliste au Lakeland Ledger en tant que reporter d’affectation générale du bureau de Winter Haven du journal. Il est rapidement recruté par le South Florida Sun-Sentinel, où il couvre plusieurs villes de West Broward. Au Soleil-Sentinelle, Pierre-Pierre est envoyé en Haïti pour couvrir le coup d’Etat de 1991 contre Jean Bertrand Aristide. Il s’est distingué parmi la foule de correspondants internationaux en racontant des histoires d’Haïtiens moyens et en offrant une perspective politique unique, une combinaison qui était rare pour le reportage sortant d’Haïti alors.

Pierre-Pierre a également couvert les élections aux Bahamas et a été nominé pour un prix Pulitzer par le Sun-Sentinel pour être le reporter principal sur une série d’histoires sur le 10e anniversaire du crash de la Nativite, où des dizaines d’Haïtiens ont péri le long des rives de l’une des plages les plus immaculées du sud de la Floride. Pierre-Pierre a écrit un récit à la première personne de son souvenir de cette tragédie, « Quand ma honte s’est lavée à terre », dans le magazine du dimanche du Soleil-Sentinel. Il a été recruté par le New York Times, et un mois plus tard, il a été poussé dans l’une des plus grandes histoires de sa carrière naissante, couvrant l’attentat du World Trade Center en 1993. Sa connaissance intime du nord du New Jersey fait de lui un choix idéal pour frapper les rues de Jersey City et Maplewood, interviewer des amis, des membres de la famille et des connaissances des suspects. Il faisait partie de l’équipe qui a remporté le prix Pulitzer pour les dernières nouvelles pour le bureau de métro du New York Times.

Actif dans les milieux des médias ethniques à New York depuis le début du Times haïtien, Pierre-Pierre a cofondé le Center for Community and Ethnic Media de la CUNY Graduate School of Journalism. Le centre, une institution unique dans le milieu universitaire américain, sert une plaque tournante de la formation et de plaidoyer pour le secteur des médias robuste qui languissait pendant la révolution numérique. Il a donné des conférences sur Haïti, les médias ethniques et le journalisme dans certaines des principales universités du pays, y compris l’Université Columbia, l’Université de Pennsylvanie et Rutgers. Il est l’auteur de 35 Seconds: The Quake That Changed Haiti, un livre de photos relatant la dévastation laissée dans le sillage du tremblement de terre en 2010.

Pierre-Pierre a remporté plusieurs prix, dont un prix Pulitzer en 1993 pour la couverture par l’équipe des attentats du World Trade Center au New York Times. Il a écrit des articles d’opinion pour le Wall Street Journal, le Miami Herald, le Guardian et de nombreuses autres publications. Il a régulièrement contribué à thegrio.com et à theroot.com.

Il a remporté le Prix communicateur à plusieurs reprises pour son travail sur les sources indépendantes. Il a reçu un Trailblazer’s Award de la section new-yorkaise de la National Association of Black Journalists. Il a remporté plusieurs prix de l’Associated Press. Il fut le premier éditeur noir à devenir président de la New York Press Association, une organisation de publications hebdomadaires et petites publiées quotidiennes dans l’État de New York qui a été fondée en 1853.

Ce qui anime Garry , c’est la curiosité, l’envie d’aller voir ce qui se passe derrière le mur , de plonger dans les coulisses .Essayer de comprendre. (…) traquer les vérité qu’on nous cache .

Garry Pierre-pierre a  une vision humaniste et bienveillante de son métier, rappelant à ceux qui le croisaient qu’il faut toujours  s’attacher à comprendre les trajectoires des personnalités, sans les juger, sans les salir, tout en assumant la révélation des faits ». Une belle leçon où à l’heure d’internet ces principes donnent parfois le sentiment de se réduire en peau de chagrin.

Jusqu’au bout, Pierre-Pierre reste actif, les yeux gourmands sur cette actualité qui n’a jamais cessé d’exciter sa curiosité et sa plume. Il s’enthousiasme de manière contagieuse ou s’écrier devant le spectacle du monde. Toute sa vie, il a garde aussi cette exigence de liberté intellectuelle, d’indépendance vis-à-vis de tout dogme ou parti pris, cette volonté de qualité qui n’excluait pas la passion de faire savoir et la gourmandise pour la vie et les mots. Il parvient magnifiquement à communiquer cet état à ceux qui le connaissaient, un exemple pour toute une génération de journalistes.

Bravo Garry !

Henry Beaucejour

Haititechnews, Fondateur, Chief Editor

Most Popular

Haiti: Quand tout s’écroule, l’art reste debout avec le numérique

La pandémie de Coronavirus a mis le monde à genou. Haïti n’est donc pas exempte des impacts de ce virus. Du peyi lòk au...

Comment faire émerger une vision partagée du numérique pour l’éducation en Haiti

  La crise sanitaire liée à la COVID-19 interroge chaque acteur de la communauté éducative, sur la nature...

L’absence d’Internet accélère l’exclusion sociale en Haiti

Trois populations sont particulièrement concernées, les jeunes – pour des raisons financières – les personnes âgées – par manque d’intérêt, disent-ils –,...

Haiti : Les concerts virtuels pourront-ils aider les artistes à passer les prochains mois

La fermeture des salles de spectacles à cause de la COVID-19 et, surtout, l’annulation des nombreux festivals ont en effet fait...

Recent Comments