Home Infrastructure E-gouvernance: Haiti se place en dernière position dans l’indice 2020 de l’ONU...

E-gouvernance: Haiti se place en dernière position dans l’indice 2020 de l’ONU pour la caraïbe

La maturité digitale des gouvernements des 193 pays membres de l’ONU continue de progresser tirée par la digitalisation de leurs services publics. Si la fracture numérique persiste en Afrique, plusieurs pays du continent ont réalisé des avancées notables dans l’offre de services mobiles et en ligne. Dans cette course technologique à la digitalisation de leurs processus, les gouvernements ne doivent cependant pas oublier l’enjeu premier de la dématérialisation : la simplification du parcours citoyen des usagers.

Les démarches d’e-gouvernement constituent pour les Etats un levier d’optimisation de leurs coûts. Une étude sur  « l’efficacité et l’efficience du e-gouvernement » effectuée par le gouvernement anglais montre que la relation avec l’usager en face à face coûte 50 % plus cher qu’une transaction 100% digitale, tandis qu’une relation téléphonique et une relation postale coûtent respectivement 20 et 30 fois plus cher qu’une transaction totalement dématérialisée.

Cela explique que les pays les plus matures dans le domaine de l’e-gouvernement optent de plus en plus pour le «digital first», autrement dit pour un canal 100% dématérialisé, sans guichet physique, pour la réalisation des certaines démarches administratives. En favorisant le développement des transactions électroniques gouvernementales, cette approche contribue à l’inclusion numérique. Mais elle a un revers : elle peut creuser la fracture numérique entre les citoyens connectés et les personnes qui n’ont pas accès à internet et aux services en ligne.

La Direction des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies (UNDESA) a publié, en 2020, la 12è édition de son étude comparative sur la maturité e-gouvernement des 193 Etats membres de l’ONU : United Nations E-government Survey 2020. Cette maturité est évaluée sur la base de l’indice EGDI (E-government Development Index) représentant la moyenne de trois indicateurs :

  • Le « Télécommunication Infrastructure Index » (TII) qui apprécie la pénétration des infrastructures de télécommunication fixes et mobiles donnant un accès à internet.
  • Le « Human Capital Index » (HCI) qui évalue le taux d’alphabétisation des adultes et de scolarisation.
  • Le « Online Service Index » (OSI) qui note la quantité et la qualité des services en ligne fournis par les gouvernements.

Most Popular

Mauvaise qualité de service de la Digicel : 60% des clients ne sont pas satisfaits des services .

Un récent rapport de l'Internet Society Chapter Haïti (ISOC Haïti) révèle que 41% des clients de Natcom et 60% des clients de...

Abinader veut transformer la police dominicaine en l’une des plus modernes et des plus techniques de la région.

Le président de la République, Luis Abinader, a assuré ce mardi qu'il ferait de cette institution l'une des plus technologiques de la...

Pourquoi la République dominicaine investi tant d’argent pour créer une “frontière technologique” avec Haïti ?

Selon le ministre dominicain des affaires étrangères, Roberto Alvarez, une entreprise israélienne travaille sur un projet pilote visant à établir une sorte...

la République dominicaine vise à atteindre 70% de la population connectée à l’Internet fixe d’ici 2030.

La Republique Dominicaine progresse sur des projets visant à accroître l’accès à des services comme Internet dans les zones déconnectées.

Recent Comments