Home Entrepreneur Employer des femmes et des jeunes filles dans le secteur des TIC...

Employer des femmes et des jeunes filles dans le secteur des TIC en Haiti une démarche économique intelligente.

L’avenir du secteur des TIC s’annonce passionnant. Il ouvre des horizons inconnus, placés sous le signe de la créativité et de l’innovation et faisant appel à des méthodes de travail, d’interaction et d’apprentissage radicalement nouvelles qui devraient séduire les femmes comme les hommes. L’Institute for the Future1 recense six facteurs qui selon toute vraisemblance détermineront le visage de la main-d’œuvre de demain: l’allongement de l’espérance de vie, l’augmentation du nombre de dispositifs et de systèmes intelligents, le perfectionnement des systèmes de calcul, comme les détecteurs, dotés d’une plus grande puissance de traitement, les nouvelles technologies multimédias, l’évolution constante des réseaux sociaux et la nature mondialisée et interconnectée de notre planète. Le secteur des TIC est indéniablement l’une des pierres angulaires de cet avenir.

En raison du nombre insuffisant de femmes ayant suivi une formation, les femmes représentent aujourd’hui, dans les pays de l’OCDE, moins de 20% des spécialistes des TIC. En outre, la plupart des pays développés prévoient une pénurie inquiétante de personnel qualifié capable d’occuper de futurs emplois dans le secteur des TIC. Selon les prévisions de l’Union européenne, dans dix ans, on comptera 700 000 emplois de plus dans ce secteur que de professionnels pour les occuper; dans le monde, ce chiffre devrait être proche des deux millions.

Si, d’une manière générale, le secteur des TIC est toujours considéré comme un univers masculin, c’est notamment parce que la plupart des emplois à responsabilités et à forte rémunération sont occupés par des hommes. Les recherches menées dans le cadre de la présente étude dans les pays développés comme dans les pays en développement ont fait apparaître des exemples classiques de ségrégation verticale entre les sexes, les femmes étant très représentées dans les postes TIC de niveau inférieur.

En outre, il reste une marge de progression importante en ce qui concerne le nombre de femmes occupant un poste de décisions dans les conseils d’administration ou dans les sphères de direction.

Les études montrent que la réduction de l’écart entre l’emploi masculin et l’emploi féminin est un facteur important de croissance économique en Europe depuis dix ans. Dans la région Asie-Pacifique, par exemple, la limitation des possibilités d’emploi pour les femmes coûte à la région entre 42 et 46 milliards USD chaque année. Selon la Banque mondiale, des limitations analogues ont également eu un coût très lourd pour l’ensemble de la région des Etats arabes, où les inégalités économiques entre les sexes restent les plus fortes au monde. Selon le Forum économique mondial, les pays qui procèdent à une répartition équitable des ressources entre les femmes et les hommes, quel que soit le niveau de ces ressources, s’en sortent mieux que les autres.

Employer des femmes et des jeunes filles dans le secteur des TIC n’est pas seulement la chose à faire pour des questions de justice sociale, c’est également une démarche économique intelligente.

Le rapport de la Banque mondiale, « Les femmes, l’entreprise et le droit », démontre qu’un peu partout à travers le monde, aussi bien qu’en Haïti, les femmes sont enfermées dans une impasse juridique et institutionnelle qui freine leur émancipation. Elles se heurtent à des obstacles, des inégalités ancrées dans les lois en vigueur ou encourent des dangers du fait du silence de la loi dans certains domaines. Il est vrai que les lois à elles seules ne suffisent pas pour venir à bout de toutes les situations qui entravent l’épanouissement des femmes, mais elles sont essentielles et constituent un début incontournable.

Á ce propos, les mots de Shanta Devarajan, directeur principal de la vice-présidence chargée de l’Économie du développement de la Banque mondiale, tombent d’aplomb: « L’égalité des chances entre les femmes et les hommes est un impératif moral et économique, et l’abrogation des lois discriminatoires constitue une première étape essentielle dans cette direction. Nous espérons que la publication des données recensées par le projet “Les Femmes, l’Entreprise et le Droit” sera utile pour apporter les changements nécessaires qui permettront aux femmes de faire les meilleurs choix pour elles-mêmes, pour leur famille et pour leur communauté. »

Il est établi qu’une représentation équilibrée des hommes et des femmes dans les emplois TIC à responsabilités, que ce soit au niveau de la direction ou dans les conseils d’administration, est synonyme d’amélioration des performances économiques. Les études portant sur le lien entre la présence de femmes aux postes de direction et les performances économiques font apparaître une corrélation positive directe entre l’équilibre entre les sexes au sein de l’équipe dirigeante et les résultats financiers de l’entreprise. Des équipes plus équilibrées prennent des décisions plus avisées, d’où pour les entreprises une prise de risque moindre pour de meilleurs résultats. A terme, la compétitivité du secteur des TIC d’un pays dépendra donc pour beaucoup de la décision de ce pays d’éduquer et d’utiliser son capital humain sans discrimination et de la façon dont il le fera.

HB

Most Popular

Numérique-Covid 19 : Quelles leçons pouvons-nous en tirer pour l’avenir ?

La révolution numérique bouleverse la manière de faire de la politique, les processus et lieux de politisation comme la construction des représentations...

Amour et sexe à l’heure du numérique

lle s’appelle Dating. Lancée par la société Facebook à l’automne 2018, elle est venue s’ajouter à une longue liste d’applications spécialisées dans la mise...

Pour une révolution de l’Internet en Haïti

Dans son rapport 2015 sur les technologies de l’information, le Groupe de travail ouvert des Nations unies sur les objectifs de développement...

Transformation numérique : le ministre Agenor Cadet est loin de porter le projet dont l’école Haitienne a besoin

L’éducation est actuellement confrontée à une menace d’ampleur inédite et à une crise d’une amplitude exceptionnelle. À la date du 28 mars 2020, la...

Recent Comments