Home Infrastructure HAITI-MOBILE : DUOPOLE OÙ LES DEUX COMPAGNIES DIGICEL/NATCOM S’ENTENDENT POUR ÉTOUFFER LE...

HAITI-MOBILE : DUOPOLE OÙ LES DEUX COMPAGNIES DIGICEL/NATCOM S’ENTENDENT POUR ÉTOUFFER LE CONSOMATEUR.

En 2006, Digicel s’implanta en Haïti en offrant des services de téléphonie mobile qui ont révolutionné le marché. A l’époque, seulement 5 % des Haïtiens possédaient un téléphone portable que deux compagnies, Haïtel et Comcel, faisaient payer à prix d’or. Digicel espérait 300 000 clients sur cinq ans. En un mois, ce chiffre était dépassé et, en l’espace de quatre ans, la compagnie comptait plus de 2 millions d’abonnés sur son réseau. Par les revenus qu’elle procurait, Digicel Haïti figurait en deuxième position sur les 32 territoires où le groupe s’est implanté. Pour avoir massifié la communication, la population a témoigné sa reconnaissance envers la compagnie lors des émeutes de la faim de 2008, en épargnant ses locaux des saccages. En 2012, Digicel fit l’acquisition de Voilà, son principal concurrent, pour devenir le premier opérateur national de téléphonie mobile contrôlant 80 % du marché. En Haïti, elle compte plus de 5 millions d’abonnés et génère un revenu annuel de plus d’un demi-milliard de dollars.

En 2010, Viettel fait acquisition de 60 % des actions de la Téléco, l’ancienne unique compagnie de téléphonie nationale. La Téléco, dirigée par des Vietnamiens, devient la Natcom. Dès son implantation, son réseau a été régulièrement saboté et elle dénonçait la concurrence déloyale de son concurrent. Pour s’attirer les clients, Natcom choisit de garder ses prix très bas. « Sur notre réseau, nous avons un plan d’un centime par minute et un forfait illimité de communication jusqu’à sept heures du soir, pour seulement neuf gourdes », affirme Hoang Van Ngoc, PDG de Natcom. Actuellement, Natcom possède 40 % du marché avec 2 millions d’abonnés sur son réseau et génère un revenu annuel de 110 millions de dollars.

« Les deux compagnies abordent le marketing de manière très différente. Digicel adopte une stratégie de marketing féroce et Natcom épouse la logique de l’ancien modèle de l’opérateur historique qui, en situation de monopole, faisait la loi sur le terrain. Actuellement, le service de Natcom est pire que celui que fournissait la Téléco. Il n’y a pas vraiment une différence dans le service qui encouragerait un consommateur à aller vers une autre compagnie. Pourtant, le service aurait pu être de meilleure qualité. Malheureusement, nous faisons face à un duopole où les deux compagnies s’entendent tacitement pour se partager le marché. Rien ne se fait réellement pour que l’un empiète sur la part de marché de l’autre. Il y a donc de la place pour qu’un troisième opérateur s’installe et dynamise la concurrence.

Les fournisseurs n’améliorent le service que lorsque le consommateur a une pluralité de choix. Si l’Etat défendait ses citoyens, l’attitude du Conatel aurait été différente. Il ne défend pas les consommateurs. C’est pourquoi, au niveau de la société civile, les citoyens doivent s’organiser pour défendre véritablement leurs intérêts.

Les médias doivent se lancer dans une politique d’éducation pour faire comprendre au consommateur qu’il a des droits. Avec cette situation de duopole et cette concurrence diplomatique, les compagnies se permettent de faire ce qu’elles ne pourraient pas dans un marché hautement compétitif. Un troisième opérateur régulerait le marché et la différence au niveau du service serait bien meilleure. »

Most Popular

Mauvaise qualité de service de la Digicel : 60% des clients ne sont pas satisfaits des services .

Un récent rapport de l'Internet Society Chapter Haïti (ISOC Haïti) révèle que 41% des clients de Natcom et 60% des clients de...

Abinader veut transformer la police dominicaine en l’une des plus modernes et des plus techniques de la région.

Le président de la République, Luis Abinader, a assuré ce mardi qu'il ferait de cette institution l'une des plus technologiques de la...

Pourquoi la République dominicaine investi tant d’argent pour créer une “frontière technologique” avec Haïti ?

Selon le ministre dominicain des affaires étrangères, Roberto Alvarez, une entreprise israélienne travaille sur un projet pilote visant à établir une sorte...

la République dominicaine vise à atteindre 70% de la population connectée à l’Internet fixe d’ici 2030.

La Republique Dominicaine progresse sur des projets visant à accroître l’accès à des services comme Internet dans les zones déconnectées.

Recent Comments