Home Infrastructure Haiti , un 3ème opérateur de téléphonie mobile peut apporter plus de...

Haiti , un 3ème opérateur de téléphonie mobile peut apporter plus de 150 millions de dollar $$ à l’état haitien comme le Bahamas

Le gouvernement à évaluer la «faisabilité» d’autoriser un troisième opérateur à entrer sur le marché des communications mobiles aux Bahamas.

The Utilities Regulation and Competition Authority (URCA), dans son projet de plan annuel qui vient d’être publié, a déclaré qu’une telle recherche était requise par la politique du secteur des communications électroniques pour soutenir la décision du gouvernement d’autoriser ou non une concurrence accrue pour la Bahamas Telecommunications Company (BTC). et Aliv.

 “Comme indiqué dans le projet de politique du secteur des communications électroniques, le gouvernement des Bahamas examinera si une libéralisation plus poussée du marché de la téléphonie mobile devrait être entreprise sous la forme d’un troisième opérateur mobile”, a déclaré l’URCA.

 “La politique exige que l’URCA fournisse des conseils et des recommandations au gouvernement sur cette question, y compris une analyse de faisabilité et de marché pour appuyer toutes les recommandations formulées.” L ‘«évaluation de faisabilité» devrait débuter au premier trimestre 2021 et s’achever en milieu d’année.

La politique du secteur des communications électroniques a précédemment donné à l’URCA une date limite de fin d’année 2021 pour fournir ses conseils et recommandations sur la troisième question de l’opérateur mobile, tout en promettant que le gouvernement ne prendrait aucune décision en la matière avant 2022 au plus tôt.

Ce calendrier a probablement été déterminé par le plan du gouvernement de vendre sa participation majoritaire de 51,75% dans Aliv via une offre publique initiale (IPO) actuellement prévue entre les exercices 2022-2023 et 2023-2024.

 Le gouvernement vise à lever un total de 150 millions de dollars provenant de la vente d’Aliv et de la cession de sa participation dans un véhicule de financement de l’énergie solaire, et ne voudra pas diluer la valeur de sa participation majoritaire – et les rendements potentiels pour le Trésor – en permettant un troisième entrant mobile trop tôt.

La politique a reconnu que le gouvernement aura environ deux à trois ans de retard pour décider d’introduire davantage de concurrence sur le marché de la téléphonie mobile, car cette décision aurait dû être prise d’ici octobre 2019 – environ trois ans après qu’Aliv a mis fin au monopole mobile de 16 ans de BTC. en devenant son premier concurrent.

 «Le gouvernement examinera en outre la faisabilité d’une entrée supplémentaire et élargie dans les services mobiles cellulaires», indique le document de politique. «Dans la précédente politique du secteur des communications électroniques, le gouvernement a encouragé l’introduction de la concurrence dans le secteur mobile, un objectif atteint avec le lancement de services en 2016 par le deuxième opérateur mobile.

 «Dans le processus de libéralisation, le gouvernement a retardé l’examen du troisième opérateur mobile pour une période d’au moins trois ans après le lancement commercial du deuxième opérateur mobile – octobre 2019. Le gouvernement examinera cette question, en collaboration avec l’URCA , au cours de la vie de cette politique du secteur des communications électroniques afin de déterminer une position politique appropriée pour l’avenir. »

 Le document de politique a ajouté que le gouvernement déterminera à la fois si l’entrée d’un troisième concurrent mobile est justifiée, «et la manière et la forme qu’une telle libéralisation devrait prendre». Une préoccupation majeure a toujours été de savoir si les Bahamas, avec leur population de 400 000 habitants et leur nombre estimé de 360 ​​000 à 380 000 abonnés mobiles, ont la masse critique pour prendre en charge un troisième opérateur mobile.

Elsewhere, URCA a déclaré que les plans de Bahamas Power & Light (BPL) de “dégrouper” son monopole par le biais du projet de contrat d’achat d’électricité (PPA) avec Shell North America “et / ou d’une éventuelle fusion” signifiaient qu’il fallait aller de l’avant avec l’élaboration de lignes directrices en matière de concurrence pour le secteur de l’énergie en 2021.

 “Bien qu’il soit noté que le secteur de l’électricité est actuellement composé de participations monopolistiques, la loi de 2015 sur l’électricité telle qu’elle est conçue permet le dégroupage de l’industrie et la concurrence inhérente”, a déclaré l’URCA.

De plus en plus en plus de gens s’alarment de la situation de quasi-monopole du Group Digicel sur le marché de la téléphonie mobile suite à l’acquisition de la compagnie Voila et estiment que l’Etat haïtien a failli à sa responsabilité de veiller a la protection des intérets des consommateurs.

Digicel a fait acquisition de son principal concurrent, Voila, en mars dernier auprès de la société Trilogy International Partners. Selon une récente annonce, le réseau Voila sera fermé oficiellement le 15 octobre. Ses clients sont ainsi contraints de se procurer des appareils compatibles avec un nouveau réseau dit combiné.

Le professdeur Patrick Elie, un abonné de Voilà dit s’étonner du laxisme de l’état haitien qui semble, selon lui, renoncer à sa prérogative de régulation du marché pour ne pas avoir à réduire les profits de la Digicel.

Il souligne que toute situation de monopole ou d’oligopole est forcément dangereuse pour les consommateurs, disant craindre que les progrès constatés ces dernières années dans le domaine de la telephonie ne soient anéantis. Il rappelle que la production d’huiles essentielles qui était en plein essor en Haïti, avait totalement chuté sous la presidence de Franois Duvalier, à cause d’une situation de monopole.

D’autres abonnés se rappellent aussi qu’au debut des annés 80, la production de riz national qui avait commencé à prendre de sérieuses proportions avait ralenti net, avec l’entrée sur le marché du riz etranger, particulièrement américain. La vente a vil prix et à dessein de ce riz subventionné, étouffa le riz national dont les producteurs ont vite fait faillite.

Et une fois, la production du riz Madan Gougous et autre Chela avait encaissé le coup, le prix du riz importé avait commencé à augmenter, voire doubler.

Les abonnés de téléphone cellulaire redoutent aujourd’hui une situation similaire, étant, pensent-ils, abandonnés à eux-mêmes.

“Dans la mesure où au moins l’un des principaux fournisseurs publics d’énergie (BPL) du pays envisage activement un accord d’achat d’électricité et / ou une éventuelle fusion, la direction du secteur de l’électricité juge nécessaire d’établir les lignes directrices sur l’application du concours et les dispositions relatives au contrôle des concentrations énoncées dans … la loi sur l’électricité dans les meilleurs délais.

 “C’est pour cette raison que l’élaboration des lignes directrices du concours a été incluse dans le calendrier des travaux proposé 2021.”

Une priorité moindre a cependant été attribuée à un audit d’efficacité de BPL pour déterminer la qualité de la gestion et des opérations du service public public. “Ces dernières années, BPL a été confrontée à des problèmes sur toute la gamme de ses services de production, de transport, de distribution et d’approvisionnement (GTDS), qui ont entraîné une diminution de la qualité des services, une augmentation des coûts et des problèmes de rapport qualité-prix global”, a déclaré l’URCA. .

La communication téléphonique a connu un véritable essor ces dernières années en Haiti, mais des clients et observateurs avisés se montrent de plus en plus inquiets de la nouvelle configuration du marché, en raison de ce qu’ils appellent la passivité de l’Etat qui doit en principe garantir la protection des consommateurs.

Déjà , certains disent relever des failles au niveau des communications du réseau Digicel. Et cela pourrait encore dégénérer avec la mort officielle de Voilà et la fermeture pour ” faillite” de la pionnière Haitel.

La trop timide et indigente Natcom dont l’Etat haïtien dispose de 40% des actifs, et dont le service internet semble être de loin le meilleur, ne semble pourtant pas jouir des mêmes lalititudes que sa très puissante concurrente Monopole de la Digicel après la mort de Natcom: l’Etat haïtien faillit à sa responsabilité de veiller à la protection des intérets des consommateurs, selon le professseur Patrick Elie.

Most Popular

Mauvaise qualité de service de la Digicel : 60% des clients ne sont pas satisfaits des services .

Un récent rapport de l'Internet Society Chapter Haïti (ISOC Haïti) révèle que 41% des clients de Natcom et 60% des clients de...

Abinader veut transformer la police dominicaine en l’une des plus modernes et des plus techniques de la région.

Le président de la République, Luis Abinader, a assuré ce mardi qu'il ferait de cette institution l'une des plus technologiques de la...

Pourquoi la République dominicaine investi tant d’argent pour créer une “frontière technologique” avec Haïti ?

Selon le ministre dominicain des affaires étrangères, Roberto Alvarez, une entreprise israélienne travaille sur un projet pilote visant à établir une sorte...

la République dominicaine vise à atteindre 70% de la population connectée à l’Internet fixe d’ici 2030.

La Republique Dominicaine progresse sur des projets visant à accroître l’accès à des services comme Internet dans les zones déconnectées.

Recent Comments