Technology

Les réseaux sociaux, booster d’audience pour les medias traditionnels en Haiti

L’information circule massivement sur les réseaux sociaux. Il est intéressant de voir comment les radios se servent des réseaux sociaux afin de fidéliser leurs auditeurs par exemple, ou encore pour booster leur audience.

En radio, la mesure de l’audience prend en compte tous les usages, quel que soit le mode de consommation : online ou offline. De ce fait, les radios ne cherchent pas du visiteur unique mais de *l’internaute auditeur*. Aujourd’hui, 12 % des auditeurs de Radio France consomment la station sur support numérique (ordinateurs, tablettes ou smartphone).

La vision est privilégiée par rapport à l’audition. L’auditeur se concentre uniquement sur ce qu’il entend quand il allume la radio. Ce processus est modifié lorsqu’il devient internaute du site de radio, car au moment où il arrive sur la page d’accueil, il perçoit tout d’abord les éléments visuels, puis les éléments sonores s’il y en a.

Avec l’apparition d’Internet dans la communication des radios, on agit davantage sur le concret. Moins d’imagination mais davantage d’attractivité.

« Les réseaux sociaux ont complètement changé notre expérience de la télévision. Aujourd’hui un programme est commenté en live par les téléspectateurs à travers les réseaux sociaux. Il y a désormais un vrai pont entre la télévision et ces outils de communications. Les réseaux ont bouleversé les professions liées au média, mais ils ont aussi changé nos rapports au média en tant q’utilisateur. Les réseaux sociaux ont profondément changé la profession du journalisme. Avec les réseaux sociaux, l’interaction a pris une nouvelle forme. A l’heure actuelle les programmes sont imaginées pour être commentés sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, qui favorise l’échange des idées et à la réflexion. Avec les réseaux sociaux, les journalistes n’ont plus le monopole sur l’information. Grâce à ces nouveaux moyens de communication, tout le monde peut être témoin d’un évènement et le partager avec le monde entier dans la seconde qui suit. Une pratique qui donne naissance au “journalisme citoyen”. N’importe qui, témoin d’un évènement peut le partager sur la toile. En faisant cette action, il convient de reconnaître qu’il a partagé une information. La rapidité de diffusion l’information prime aux dépens de l’analyse. Si de nouveaux volets comme le “journalisme citoyen” apparaissent, paradoxalement, cela entraîne aussi une vraie réflexion sur le rôle des journalistes. »

Nous sommes conscients que les bloggeurs ont beaucoup plus de marge de manœuvre ; ils peuvent parler sans contrainte. Mais, nous sommes d’avis qu’un bloggeur ne doit pas et ne peut pas véhiculer de fausses informations ni induire les gens en erreur en connaissance de cause. Durant le tremblement de terre, nous avons vu comment les médias en ligne, les bloggeurs ont contribué à informer la population à travers les réseaux sociaux. Aujourd’hui, je crois qu’il est impératif d’encourager le blogging et surtout d’encourager les intellectuels et les professionnels haitiens à prendre une part active dans le transfert de connaissances et de savoir-faire. La majorité des journalistes haitiens se trouvent à l’extérieur du pays. Il s’avère nécessaire que ces derniers se manifestent soit en publiant activement, soit en animant des émissions pour tacler les problèmes structurels auxquels Haiti est confronté. Nous voulons dire à plus d’un qu’il y a des bloggeurs et des personnes très actives sur les réseaux sociaux qui sont des journalistes et qui continuent à agir dans les limites des règles déontologiques du journalisme. Si dans le temps, la presse traditionnelle censurait à tout bout de champ. Aujourd’hui, la parole est libérée. Il y a un danger à contrecarrer. Certains s’arrogent le droit de diffamer et de salir l’image d’autres. En attente qu’il y ait des lois qui régissent les médias en ligne et les réseaux sociaux, ce qui tardera à venir, il revient à nous, bloggeurs crédibles et dignes de foi de continuer à donner le ton. 

 La presse traditionnelle doit s’accommoder aux nouvelles technologies de l’information. Nous devons lutter pour avoir une presse libre, indépendante où l’information est accessible à tous et soit fiable. Continuons à lutter ensemble pour la résurrection de la presse haitienne. Que les journalistes et les médias traditionnels facilitent la cohabitation avec les réseaux sociaux, les médias en ligne et les bloggeurs. Vive la liberté de presse et le droit à l’expression ! 

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top