Home Entrepreneur Stéphane Vincent , le nouveau coordonateur de l'É-GOUVERNANCE , féru des TICS...

Stéphane Vincent , le nouveau coordonateur de l’É-GOUVERNANCE , féru des TICS avec la hardiesse de ses réalisations (le portail de la Primature fonctionne , le compte du PM enfin vérifier et le centre d’Info de Facebook covid19 pour Haiti) , donne l’espoir vers la transition numérique .

Stéphane Vincent, né le 20 juin 1993 à Port-au-Prince est un jeune dynamique et passionné. Il passa une grande partie de son enfance chez sa grand-mère adorée dans le Sud à Maniche. Il suit sa scolarité chez les Frères de l’Instruction Chrétienne à Saint Louis de Gonzague. En 2007, Il déménage à Saint Kitts avec sa famille où il achève ses études secondaires au Washington Archibald High School. Elève brillant, ce dernier est gradué avec multiples distinctions et figure parmi les 25 jeunes les plus influents de l’île.

Le jeune professionnel partage son engagement citoyen entre technologie et service à la communauté. Il a accordé une entrevue à LoopHaiti sur l’impérieuse nécessité d’une administration au pas avec l’époque.

Etudiant en droit à l’Université Paris II Panthéon-Assas, première université juridique française, Stéphane croit fortement en la nécessité de renforcer l’état de droit en Haïti et une nécessité de renforcer les expertises. Il croit aussi en la nécessité d’Haïti d’être doté d’une telle entité. Pourquoi pas un un conseil haïtien de la jeunesse?!

Du politico-numérique au juridique, Stéphane Vincent s’active au gré de ses objectifs et n’est pas près d’arrêter. De 2018 à 2020, l’originaire de Maniche siègera à la mairie comme membre du Conseil Parisien de la Jeunesse et prônera, selon ses affirmations, la gouvernance participative.

Modernisation. Voilà un mot à l’attrait certain. Il est partout martelé, souvent incompris et généralement hors de portée. Encore plus en Haiti où son évocation, moins dans l’ordre des choses, se cantonne à un vœu pieux. Un état de fait que rejette catégoriquement Stéphane Vincent. Le jeune spécialiste, responsable de l’e-gouvernance à la primature, promeut une « modernisation de l’administration publique » dont l’une des résultantes devrait être un accroissement « des services à la population au travers des outils technologiques ».

Quant à la pénétration des nouvelles technologies, les pratiques, l’utilisation grandissante des téléphones intelligents, d’internet et des ordinateurs, Haiti se retrouve presqu’au diapason avec d’autres pays de la région. Michel Martelly a fait un pas de l’avant en signant en 2016 le « décret sur la signature électronique » estime Stéphane Vincent qui cite, parmi les vertus de cette disposition, « la facilitation des transactions bancaires » et « beaucoup plus de rapidité dans les procédures au sein de l’administration publique ».

Cependant, « pour établir un état moderne, détenir un cadre légal reste la boussole », avertit M. Vincent. Parmi les nécessités du moment, il cite, « une solide loi d’accès de la population à l’information », une autre sur « l’open gouvernement et l’open data », une loi sur la cyber sécurité et la cybercriminalité qu’il estime être un « fléau grandissant ». Mais aussi une « stratégie nationale de cyber-sécurité » pour protéger le gouvernement contre les « attaques interne et externes ». Stéphane Vincent estime d’ailleurs que les plateformes gouvernementales ont « beaucoup de vulnérabilités ».

Pour illustrer ses appréhensions, il l’a illustré avec la question du « clonage des cartes bancaires », non débattue mais très répandue selon lui. « Les crimes sont nombreux mais il n’existe aucune provision légale », se plaint le spécialiste. « Ce qui rend Haiti attrayant pour des “étrangers” qui voudraient établir dans le pays un réseau de cybercriminalité ».

Se définissant comme un « jeune citoyen engagé » Stéphane Vincent, a un parcours de « pèlerin ». Après avoir quitté le pays en 2007 pour terminer ses études secondaires à St Kitts, on le retrouve en 2011 au Global Change Maker (le plus grand réseau de jeunes du British Council  – Agence interculturelle du Gouvernement d’Angleterre). Après ces expériences au cours desquelles il s’est vu décerner le Rotary Youth Leadership Award (2010) alors qu’il a fait partie des 25 jeunes les plus influents à Saint Kitts, il s’est retourné vers Haiti. On le trouve tour à tour au consulat général d’Haiti à New York comme directeur de technologie et à la primature comme responsable de l’e-gouvernance. Il a étudié au New York University la « politique, communication digitale et média ».

Sur son expérience dans l’administration publique, Stéphane Vincent parle d’un « challenge pour les jeunes » qui désirent émerger dans une institution où transpire de partout « la vieille école ». « Aucun investissement dans la technologie, après la coopération externe n’y est effectué. Il faut selon lui, travailler sur « l’autonomie de l’administration haïtienne », « investir dans les matériels et les ressources humaines ».

L’expert en technologie estime que les avantages potentiels de l’e-gouvernement pour la population haïtienne sont nombreux, comme en économisant temps et argent, ouverture, transparence, fiabilisation, accélération, productivité, la facilité d’utilisation et la commodité de l’accès aux services 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Au-delà de ces avantages, l’administration en ligne génère des économies importantes pour les organismes d’État. M. Vincent a toutefois souligné que beaucoup d’avancées ont été faites sur le plan de l’e-gouvernance […] «Quelques marches restent encore à gravir pour que notre pays tire encore plus de bénéfices du numérique». «L’une de ces marches, a-t-il explicité, consiste en l’harmonisation des efforts de gouvernance de l’ensemble des ministères et institutions de la République, de façon à mieux les faire converger vers l’objectif commun d’amélioration sensible de la maturité numérique de notre pays.» Il s’agit, «plus prosaïquement, d’harmoniser la démarche des différents pans de l’administration publique haïtienne, d’accélérer la dématérialisation des services fournis et d’accroître l’usage des TIC dans la fonction publique».

Dans ce « monde qui évolue », la technologie, se veut un « outil qui permet à l’administration de fonctionner plus rapidement, avec plus de transparence et d’efficacité ». La transparence, précise Stéphane Vincent, est une « étape essentielle dans le développement ».

 

Les réalisations de Stephane Vincent :

  1. Le site de la primature
  2. la vérification du compte du PM Jouthe Joseph
  3. centre d’Information sur le covid19 par facebook pour haiti

Stephane vincent :

Membres de la cellule de communication :

  • Eddy Jackson ALEXIS, Secrétaire d’État à la Communication, Coordonnateur ;
  • Emmanuel JEAN FRANÇOIS, Directeur de communication au Palais National.
    membre ;
  • Jean Rommel PIERRE, représentant de la Primature, membre ;
  • Ing. Shiller JEAN-BAPTISTE, représentant du CONATEL, membre ;
  • Jacques SAMPEUR, représentant d’association de médias, membre ;
  • Dieumaître DESSOURCES, représentant d’association de médias, membre ;
  • Jacques DESROSIERS, représentant d’association de médias, membre ;
  • Stéphane VINCENT, Expert en technologies de la communication, membre;
  • Mme Djina Guillet DELATOUR, Spécialiste en santé communautaire, membre ;
  • Guy Serge POMPfLUS, représentant de l’IHSI, membre ;
  • Albert MOLEON, représentant de la Direction de la Protection Civile, membre ;

Most Popular

Loubert Michel: “An authentic Sci-Tech Ambassador”

Born on the 18th of September in Port-Salut in the South of Haiti, Loubert Michel is a top...

Comment COVID-19 a accéléré la transformation numérique

Alors que certaines économies commencent à se relever de la pandémie de COVID-19, le Rapport sur le développement humain du PNUD avertit...

Nous avons actuellement une chance singulière de repenser l’enseignement dixit António Guterres

Haïti possède de nombreux atouts, parmi lesquels sa géographie, son peuple et son histoire. Cependant, son passé marqué par l'instabilité politique, les...

Technologie : l’heure est à la vigilance face aux cyberrisques aujourd’hui et demain

La pandémie de COVID-19 (coronavirus) modifie les schémas de travail et met à rude épreuve l’infrastructure informatique des organisations, notamment parce que...

Recent Comments