Home Technology Stéphane Vincent sur la nécessité de moderniser l’administration publique

Stéphane Vincent sur la nécessité de moderniser l’administration publique

Le jeune professionnel partage son engagement citoyen entre technologie et service à la communauté. Il a accordé une entrevue à LoopHaiti sur l’impérieuse nécessité d’une administration au pas avec l’époque.

Modernisation. Voilà un mot à l’attrait certain. Il est partout martelé, souvent incompris et généralement hors de portée. Encore plus en Haiti où son évocation, moins dans l’ordre des choses, se cantonne à un vœu pieux. Un état de fait que rejette catégoriquement Stéphane Vincent. Le jeune spécialiste, responsable de l’e-gouvernance à la primature, promeut une « modernisation de l’administration publique » dont l’une des résultantes devrait être un accroissement « des services à la population au travers des outils technologiques ».

Dans ce « monde qui évolue », la technologie, se veut un « outil qui permet à l’administration de fonctionner plus rapidement, avec plus de transparence et d’efficacité ». La transparence, précise Stéphane Vincent, est une « étape essentielle dans le développement ».

Quant à la pénétration des nouvelles technologies, les pratiques, l’utilisation grandissante des téléphones intelligents, d’internet et des ordinateurs, Haiti se retrouve presqu’au diapason avec d’autres pays de la région. Michel Martelly a fait un pas de l’avant en signant en 2016 le « décret sur la signature électronique » estime Stéphane Vincent qui cite, parmi les vertus de cette disposition, « la facilitation des transactions bancaires » et « beaucoup plus de rapidité dans les procédures au sein de l’administration publique ».

Cependant, « pour établir un état moderne, détenir un cadre légal reste la boussole », avertit M. Vincent. Parmi les nécessités du moment, il cite, « une solide loi d’accès de la population à l’information », une autre sur « l’open gouvernement et l’open data », une loi sur la cyber sécurité et la cybercriminalité qu’il estime être un « fléau grandissant ». Mais aussi une « stratégie nationale de cyber-sécurité » pour protéger le gouvernement contre les « attaques interne et externes ». Stéphane Vincent estime d’ailleurs que les plateformes gouvernementales ont « beaucoup de vulnérabilités ».

Pour illustrer ses appréhensions, il l’a illustré avec la question du « clonage des cartes bancaires », non débattue mais très répandue selon lui. « Les crimes sont nombreux mais il n’existe aucune provision légale », se plaint le spécialiste. « Ce qui rend Haiti attrayant pour des “étrangers” qui voudraient établir dans le pays un réseau de cybercriminalité ».

Se définissant comme un « jeune citoyen engagé » Stéphane Vincent, a un parcours de « pèlerin ». Après avoir quitté le pays en 2007 pour terminer ses études secondaires à St Kitts, on le retrouve en 2011 au Global Change Maker (le plus grand réseau de jeunes du British Council  – Agence interculturelle du Gouvernement d’Angleterre). Après ces expériences au cours desquelles il s’est vu décerner le Rotary Youth Leadership Award (2010) alors qu’il a fait partie des 25 jeunes les plus influents à Saint Kitts, il s’est retourné vers Haiti. On le trouve tour à tour au consulat général d’Haiti à New York comme directeur de technologie et à la primature comme responsable de l’e-gouvernance. Il a étudié au New York University la « politique, communication digitale et média ».

Sur son expérience dans l’administration publique, Stéphane Vincent parle d’un « challenge pour les jeunes » qui désirent émerger dans une institution où transpire de partout « la vieille école ». « Aucun investissement dans la technologie, après la coopération externe n’y est effectué. Il faut selon lui, travailler sur « l’autonomie de l’administration haïtienne », « investir dans les matériels et les ressources humaines ».

Most Popular

Haiti: Quand tout s’écroule, l’art reste debout avec le numérique

La pandémie de Coronavirus a mis le monde à genou. Haïti n’est donc pas exempte des impacts de ce virus. Du peyi lòk au...

Comment faire émerger une vision partagée du numérique pour l’éducation en Haiti

  La crise sanitaire liée à la COVID-19 interroge chaque acteur de la communauté éducative, sur la nature...

L’absence d’Internet accélère l’exclusion sociale en Haiti

Trois populations sont particulièrement concernées, les jeunes – pour des raisons financières – les personnes âgées – par manque d’intérêt, disent-ils –,...

Haiti : Les concerts virtuels pourront-ils aider les artistes à passer les prochains mois

La fermeture des salles de spectacles à cause de la COVID-19 et, surtout, l’annulation des nombreux festivals ont en effet fait...

Recent Comments