Technology

Un avenir dans le secteur des TIC pour une nouvelle génération de femmes Haitiennes

Les emplois dans le secteur des TIC permettent d’arracher les femmes à la pauvreté. De plus, un secteur plus propice à la parité entre hommes et femmes offre un choix de carrières enrichissantes et permet à des femmes talentueuses d’accéder à des postes de direction. Un tel environnement est bénéfique pour tous comme l’a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, “L’égalité pour les femmes et les jeunes filles est non seulement un droit de l’homme fondamental mais c’est aussi un impératif social et économique. Lorsque les femmes ont accès à l’enseignement et qu’elles sont responsabilisées, les économies sont plus productives et plus fortes. Lorsque les femmes sont bien représentées, les sociétés sont plus pacifiques et plus stables.” Un jury de personnalités éminentes constitué par le Secrétaire général de l’ONU dans le cadre de l’initiative de l’Organisation des Nations Unies intitulée Réseau pour l’emploi des jeunes a estimé que les technologies de l’information et de la communication (TIC) étaient un moyen permettant de créer davantage d’emplois pour les jeunes. Les possibilités d’emplois dans l’économie numérique continuent à augmenter et de nombreux pays et régions s’attendent à une croissance de la demande en personnel qualifié ayant des compétences en mathématique, en sciences, en ingénierie et en informatique. Dans le même temps, les entreprises cherchent à augmenter le nombre de femmes dans ce secteur.

Selon les Country Reports on Human Rights Practices for 2016 du Département d’État des États-Unis (É.-U.), la constitution haïtienne prévoit la liberté de travail pour tous et interdit la discrimination fondée sur le sexe ou l’état matrimonial (É.-U. 3 mars 2017, 34). Selon la professeure titulaire, les femmes haïtiennes sont « très présentes » sur le marché du travail en Haïti (professeure titulaire 3 oct. 2017).

Dans un rapport de 2014 intitulé Politique d’égalité femmes homme 2014-2034, le ministère à la Condition féminine et aux Droits des femmes (MCFDF) signale que d’après un rapport de diagnostic des inégalités de genre publié en 2013, les femmes travaillent principalement dans le secteur tertiaire, à leur propre compte (83 p. 100) et dans le commerce (Haïti déc. 2014, 12). Selon la même source, un rapport de 2009 du MCFDF, intitulé Rapport d’application de la CEDEF [Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes] signale ce qui suit :

[Les femmes] qui exercent une activité économique se répartissent dans les proportions suivantes : soit 43,9% sont marchandes, 37,5 % interviennent dans le secteur agricole, les secteurs de services et autres secteurs absorbent celles qui restent dans les proportions respectives de 10,7% et 6% (Haïti déc. 2014, 13).

Selon le Bilan commun sur Haïti, « [d]ans les zones rurales, 67.7% des femmes travaillent dans le secteur informel alors que dans les zones urbaines, elles sont un peu plus de 50% » (Nations Unies juin 2017, 102). Au cours d’un entretien téléphonique avec la Direction des recherches, une ancienne conseillère auprès de cinq premiers ministres haïtiens entre 1993 et 2017, a affirmé que « la vie pour une femme seule est plus facile en milieu urbain, où [elle] peut espérer trouver un travail, qu’en milieu rural, où il n’y a que l’agriculture comme moyen de subsistance » (ancienne conseillère 2 oct. 2017). Le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes rapporte que « les femmes en zone rurale sont largement exposées à des taux élevés de pauvreté, d’analphabétisme et de chômage, n’ont que peu accès à des services essentiels et ne participent que de façon marginale aux décisions relatives à des problématiques les concernant » (Nations Unies 9 mars 2016, paragr. 37).

Selon la professeur titulaire, le mariage « n’est pas très commun » en Haïti (professeure titulaire 3 oct. 2017).Un rapport de mission de l’Office français pour la protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), produit à la suite d’une visite en Haïti du 26 mars au 7 avril 2017, indique qu’ « environ 22% des femmes sont aujourd’hui mariées, la majorité d’entre elles vivant en “plaçage”, une pratique de vie en couple non marital qui n’est pas reconnue par le Code civil » (France 2017, 53).

Selon des sources, l’accès au logement et à la propriété sont déterminés par les moyens financiers (professeure titulaire 3 oct. 2017; ancienne conseillère 2 oct. 2017). Des sources signalent que les femmes vivant seules qui ne sont pas en situation de précarité peuvent se trouver un logement (professeure titulaire 3 oct. 2017; ancienne conseillère 2 oct. 2017).

Des sources font référence à des quartiers aisés de Port-au-Prince, dont les suivants :

  • Pétionville (spécialiste en relèvement 9 oct. 2017; professeure titulaire 3 oct. 2017; ancienne conseillère 2 oct. 2017);
  • Turgeau (spécialiste en relèvement 9 oct. 2017; professeure titulaire 3 oct. 2017; ancienne conseillère 2 oct. 2017);
  • Bourdon (spécialiste en relèvement 9 oct. 2017; chargé de projet 5 oct. 2017; ancienne conseillère 2 oct. 2017);
  • Kenscoff (chargé de projet 5 oct. 2017; professeure titulaire 3 oct. 2017);
  • Pacot (chargé de projet 5 oct. 2017; ancienne conseillère 2 oct. 2017);
  • Vivi Mitchel (spécialiste en relèvement 9 oct. 2017; chargé de projet 5 oct. 2017);
  • Juvénat et Montagne Noire (chargé de projet 5 oct. 2017);
  • Fermathe, Bois Moquette et Musseau (ancienne conseillère 2 oct. 2017);
  • Peguy Ville (spécialiste en relèvement 9 oct. 2017).

Pour apporter un soutien aux initiatives dans le secteur des TIC pour les jeunes femmes et les jeunes filles, l’UIT a également ouvert le Portail interactif en ligne “Les jeunes filles dans le secteur des TIC” où l’on trouve des informations sur un grand nombre de bourses, de sessions de formation, de stages, de récompenses, de réseaux en ligne et sur les activités nationales organisées à l’occasion de la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC. Ce portail propose également un lien avec un jeu d’outils sur le déroulement des activités de la “Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC”, développé par le Réseau mondial des femmes décideurs dans le secteur des TIC (WITNET);

Il semble que l’avenir dans des domaines tels que la bio-ingénierie, l’informatique des réseaux d’énergie, les médias numériques et les logiciels pour applications sociales et mobiles, où des emplois hybrides associant intérêt, créativité et aspects sociaux combineront les TIC aux activités dans tous les domaines imaginables. L’important est de transmettre ce message aux étudiants et aux jeunes professionnels. J’encourage tous les Membres de l’UIT à utiliser cette étude ainsi que le Portail “Les jeunes filles dans le secteur des TIC” pour veiller à ce que l’on donne à un nombre plus grand de femmes des rôles professionnels actifs dans le secteur des TIC.

https://www.refworld.org/docid/59ef1c0e4.html

https://www.itu.int/

HB

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Most Popular

An emerging technology news provider world wide. It helps reader to get the updated technology news. A right place for knowing the emerging technology, mobile technology, software, infrastructure and its business.

Reader one stop place for all tech news.

Copyright © 2016. Poweredby WordPress, Designed & Maintained by Umer Qaisar.

To Top